Passer au contenu principal

Covid-19La circulation du virus est très élevée à Genève

Selon le directeur général de la santé à Genève, le cercle familial fait partie désormais des lieux de contamination probables qui arrivent en tête.

Adrien Bron, directeur général de la Sante (DGS).
Adrien Bron, directeur général de la Sante (DGS).
KEYSTONE

A Genève, «la situation sanitaire est sous contrôle, mais la circulation du virus est très élevée», a indiqué mardi le directeur général de la santé Adrien Bron. Le canton va poursuivre et intensifier sa «politique massive» de tests.

Les mesures prises fin juillet pour casser la courbe exponentielle d’infection sont intervenues au bon moment et ont porté leurs fruits, a relevé M.Bron devant la presse. Les autorités avaient alors imposé le port du masque dans les bars et restaurants et fermé toutes les discothèques.

Selon les statistiques présentées mardi, après une croissance exponentielle en juillet, le nombre cumulé d’infections s’est ralenti à partir de la fin du mois et a diminué les deux semaines suivantes. Le cercle familial fait partie désormais des lieux de contamination probables qui arrivent en tête.

M.Bron a souligné la différence entre les deux cantons lémaniques. Le canton de Vaud, qui a annoncé mardi la fermeture des discothèques, suit une croissance exponentielle depuis mi-août, ce qui n’est plus le cas de Genève. A Genève, la part des personnes testées positives parmi les 20-49 ans a diminué de 71% à 63%, un signe, selon M.Bron, que la fermeture des discothèques a été efficace.

Meilleure prise en charge

Mardi, le canton avait recensé 49 nouveaux cas, 29 personnes hospitalisées, soit le double en une semaine, et cinq décès en EMS depuis le milieu de semaine dernière. Le canton continue à faire du traçage de contacts avec une équipe de 40 à 50 personnes. Ces effectifs peuvent être augmentés jusqu’à 120.

A noter que parmi les 29 malades hospitalisés, deux se trouvaient aux soins intensifs. La situation est sereine par rapport au niveau des capacités hospitalières, a relevé Manuel Schibler, infectiologue et virologue aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La prise en charge des malades s’est simplifiée et améliorée avec l’antiviral Remdesivir et l’anti-inflammatoire Dexamethasone.

Tests

Autre volet de la lutte pour limiter la contamination: un important dispositif de testing. «On teste le plus possible de personnes avec des symptômes», selon M.Bron. La capacité maximale de tests est loin d’être atteinte, a-t-il précisé. Un nouveau centre de dépistage pour les personnes présentant des symptômes légers devrait voir le jour prochainement sur la rive droite.

ATS/NXP