Passer au contenu principal

Fermeture liée au Covid-19La colère d’un acteur du cinéma vaudois

La société qui exploite Cinétoile à Malley et organise le Ciné-Festival tire la langue – 70% de fréquentation en moins à fin novembre – et craint de devoir tirer la prise. Elle demande la réouverture des salles obscures au 16 décembre.

Les portes de Cinétoile à Malley sont à nouveau fermées depuis le 4 novembre.
Les portes de Cinétoile à Malley sont à nouveau fermées depuis le 4 novembre.
PHILIPPE MAEDER

Cine Qua Non a pile 30 ans et montre toutes ses dents. La société qui exploite le multiplexe Cinétoile de Malley n’a pas pu fêter dignement son anniversaire, ni même tenir son Ciné-Festival annuel. Les portes de sa 23e édition auraient dû s’ouvrir le lendemain de la fermeture des salles obscures décidée par le Conseil d’État. Une décision qui met en rogne les dirigeants de cette PME forte d’une trentaine de collaborateurs. «Incompréhension, colère et injustice» résument leur état d’esprit dans la lettre ouverte signée lundi par Jean-Daniel Cattaneo – son unique actionnaire – et Fabrice Gevisier, administrateur et directeur.

Ils en appellent à un geste fort du Conseil fédéral, consenti en concertation avec le Conseil d’État vaudois: la réouverture au 16 décembre des cinémas, avec les mesures sanitaires nécessaires.

«La seconde fermeture des cinémas met en péril notre société.»

Les responsables de Cine Qua Non SA

Comme toutes les salles obscures vaudoises, Cinétoile traverse actuellement une deuxième période d’arrêt en raison de la pandémie, après celle subie du 13 mars au 5 juin. Depuis le 4 novembre, les projecteurs ne se rallument plus. Et aucun lever de rideau n’est à l’affiche avant le 31 janvier. À fin novembre, ses chiffres de fréquentation avaient chuté de 70% par rapport à 2019.

Nouvelles aides nécessaires

Certes, la société a obtenu quelques retours favorables aux demandes d’aides formulées à la Confédération, au Canton, notamment. Mais toutes n’ont pas été reçues. «Nous allons en solliciter d’autres.» Sans elles, Cinétoile et Ciné-Festival pourraient disparaître du paysage culturel, avancent-ils.

L’heure est aussi aux interrogations. Pourquoi les cinémas alémaniques sont-ils restés ouverts et pourquoi de telles décisions ne sont-elles pas du ressort du Conseil fédéral? Sur fond sanitaire, le doute est aussi là. En effet, Procinéma – l’organe faîtier – affirme qu’aucun cas d’infection au Covid-19 n’a été constaté dans les salles suisses grâce aux mesures de protection prises quand les cinémas étaient ouverts.