Passer au contenu principal

Élections communalesLa droite d’Écublens espère un retour face à une gauche forte

Délesté de deux sièges à la Municipalité en cinq ans, le PLR s’estime sous-représenté, mais les Verts affichent aussi leurs ambitions.

L’administration communale d’Écublens (image d’illustration)
L’administration communale d’Écublens (image d’illustration)
Olivier Vogelsang

La droite retrouvera-t-elle ses plumes perdues à Écublens ces cinq dernières années et les Verts seront-ils à la hauteur de leurs ambitions? Ce sont deux questions qui ressortent à la lecture des listes déposées en vue des élections. En 2016, la commune s’était réveillée avec une Municipalité de gauche, le PLR et les indépendants de droite (PLR + ID) ayant perdu un de leurs trois sièges au profit du PS et indépendants de gauche (PSIG). Ce n’était qu’un début, puisqu’une complémentaire remportée par Écublens Forum d’opinions libres les a ensuite laissés avec un seul municipal.

Exit les alliances

«La droite, et le PLR en particulier, est clairement sous-représentée à l’Exécutif et, depuis, la Commune a vécu une dérive de ses finances. Nous voulons mieux les maîtriser sans l’augmentation d’impôt planifiée par la Municipalité», déclare José Birbaum, président de la section, qui compte actuellement 17 élus au plénum. Deux candidats PLR sont en lice pour remonter la pente, et 23 au Conseil communal. En revanche, contrairement à la campagne de 2016, la droite ne s’allie cette fois pas avec l’UDC, qui part avec deux candidats. En face, les deux forces principales de l’Exécutif visent le statu quo. Le Forum aligne en effet ses deux sortants ainsi que 35 candidats au Conseil communal et le PSIG présente 3 candidats pour maintenir ses trois sièges (30 au plénum).

Du côté de la gauche, il y a toutefois une nuance par rapport aux élections de 2016, puisque malgré les ouvertures du PSIG, les Verts démarrent la campagne en solitaire. Ceux-ci présentent deux candidats afin de gagner un siège de plus à la Municipalité, malgré un nombre de 9 élus au plénum actuellement. «Il y a un potentiel de progression et nous voulons présenter nos propositions. Nous verrons comment notre électorat évolue au premier tour», analyse Charles Koller, candidat à lExécutif et président des Vert-e-s de l’Ouest lausannois. Une alliance avec le PSIG au deuxième tour ne serait pas exclue.

Finances, durabilité et mobilité

Syndic sortant aux couleurs du Forum, Christian Maeder, défend la gestion financière de la Commune face aux critiques du PLR + ID. «L’impôt reste très bas et il ne sera pas dommageable de l’adapter d’un ou deux points pour faire face aux investissements, mais rien ne sera automatique!» Pour lui, la législature à venir sera notamment marquée par la nécessité d’investir dans la durabilité, notamment au niveau de la mobilité. Un axe qui est bien sûr en bonne place dans le programme des Verts et également du PSIG, tandis que le PLR + ID mise d’avantage sur les enjeux liés au trafic, notamment au niveau du carrefour du Pontet et en lien avec le projet de jonction autoroutière.