Passer au contenu principal

ChevrouxLa ferme d’Ostende ravagée par les flammes

Un incendie encore inexpliqué a détruit cet ancien rural qui proposait à ses clients des produits de la région. Aucun blessé n’est à déplorer.

La Ferme d’Ostende, à Chevroux, a été ravagée par les flammes dans la nuit de jeudi à vendredi.
La Ferme d’Ostende, à Chevroux, a été ravagée par les flammes dans la nuit de jeudi à vendredi.
Florian Cella/24Heures
Chevroux, 9 octobre 2020, Incendie de ferme à la route d’Ostende. ©Florian Cella/24Heures
Chevroux, 9 octobre 2020, Incendie de ferme à la route d’Ostende. ©Florian Cella/24Heures
Florian Cella/24Heures
Chevroux, 9 octobre 2020, Incendie de ferme à la route d’Ostende. ©Florian Cella/24Heures
Chevroux, 9 octobre 2020, Incendie de ferme à la route d’Ostende. ©Florian Cella/24Heures
Florian Cella/24Heures
1 / 3

«Le feu a pris vers minuit, dans la nuit de jeudi à vendredi, raconte Morgane Bonny, qui n’a pas encore fermé l’œil depuis le départ du sinistre. On a pu sortir de la ferme juste à temps.» La jeune femme, qui exploite la Ferme d’Ostende, vient de perdre la quasi-totalité de cette très ancienne exploitation agricole entourée par la Grande Cariçaie, à Chevroux. Pour l’heure, la cause de l’incendie est encore incertaine, mais aucun blessé n’est à déplorer et les animaux sont sains et saufs. Les pompiers, venus en nombre, ont travaillé toute la nuit pour maîtriser le sinistre.

«Ça a commencé dans la grange, avant d’arriver dans la partie habitation attenante»

Morgane Bonny, coexploitante de la Ferme d’Ostende

«C’est un invité qui nous a alertés en entendant le feu, dit Morgane Bonny. Ça a commencé dans la grange, avant d’arriver dans la partie habitation attenante.» Les trois personnes ont eu le temps de sortir et s’occuper des deux juments, moutons et autres poules qui animent l’exploitation. Mais le deuxième étage de la ferme est perdu.

Explosions

«On n’est pas très matérialistes alors on avait peu de choses», réagit Morgane Bonny, qui déplore quand même la destruction d’instruments de musique. Déjà la jeune femme songe à reconstruire à neuf l’ancien rural appartenant à son père. «La ferme a probablement 300 ans et elle était exploitée par mon grand-père», détaille Morgane Bonny. Ces vétustes locaux, tout en bois, ont flambé sans peine. «Ça explosait de partout, probablement des bouteilles d’alcool et le fut de bière.»

Avec Patrick Nowak, Morgane Bonny proposait depuis quelques années à sa clientèle des produits de la région, des pains et tresses cuits dans le four de pierre du domaine et une bière brassée dans l’exploitation entourée de houblon sauvage. Depuis leur annonce de l’incendie sur les réseaux sociaux, les témoignages de sympathie affluent.