Passer au contenu principal

Commerçants en colèreÀ Vevey, la fermeture de la vieille ville aux autos n’en finit pas d’agacer

Une pétition circule pour dénoncer un manque de communication des autorités et l’absence de mesures d’accompagnement. Parallèlement, la présidente de l’association des commerçants est poussée vers la sortie.

La vieille ville de Vevey est fermée au trafic depuis mai. Certains commerçants le déplorent.
La vieille ville de Vevey est fermée au trafic depuis mai. Certains commerçants le déplorent.
Chantal Dervey

Le jour de son élection, dimanche dernier, le nouveau municipal Yvan Luccarini citait «la reprise du dialogue avec les commerçants» comme l’une de ses priorités. Et pour cause: une partie d’entre eux est très remontée contre l’Exécutif.

Ce dernier s’est rendu «coupable» d’avoir fermé la vieille ville ainsi que, depuis fin mai, le quai Perdonnet à la circulation, et ce jusqu’au 31 octobre. Cela prive le secteur d’un accès aux commerces par la voiture, fustigent-ils, complique la circulation en ville et dissuade les clients de venir. Après les vagues successives de la Fête des Vignerons et de la pandémie de Covid-19, certains y ont vu un coup de poignard de leurs autorités.

Le municipal Étienne Rivier s’en défend. L’objectif était, rappelle-t-il, de permettre d’étendre le marché sur les quais et les terrasses d’établissements dans le contexte sanitaire du coronavirus. «Au final, nous sommes très satisfaits du résultat et le Covid s’est révélé un accélérateur de la réflexion sur une occupation intelligente de l’espace public», estime le municipal Étienne Rivier. À tel point que la Municipalité n’exclut pas de pérenniser la situation au-delà du 31 octobre.

500 signatures

Une hérésie pour les commerçants de la vieille ville. «Les clients commencent à revenir et on nous fait ça? s’étrangle Cathy Celotti, du magasin Cathy’s Biscuits. Nos clients ne sont pas seulement de Vevey, mais de Lavaux, Bulle, La Côte. La Municipalité doit faire marche arrière!»

La réaction d’une dizaine de commerçants a pris la forme d’une pétition «qui compte pour l’heure environ 500 signatures, dont 350 sur internet», selon son initiateur, Ludovic Masson, de la boutique Ikat. «Invoquer le Covid pour justifier cette décision, c’est lamentable! continue-t-il. Je ne suis pas opposé à une piétonnisation, au contraire, mais pas sans mesures d’accompagnement pour faciliter l’accès à nos commerces en voiture.»

Son texte énumère quatre mesures «à coût zéro»: mieux définir l’accès aux places de parc de la place du Marché, une première heure de parcage offerte, de nouvelles places de parc à proximité et, «surtout, une communication de la Ville positive, proactive et orientée clairement sur l’accueil de notre belle ville».

Rififi à l’ACV

L’Association des commerçants de la Ville de Vevey (ACV) soutient ses membres déçus, mais se concentre pour l’heure sur la crise interne qui la secoue: Astrid Meyer, de la librairie La Clef de Sol et présidente, est poussée vers la sortie.

Le bijoutier Yannick Meylan reproche à son homologue le non-respect de décisions prises en comité, un manque d’esprit d’équipe et de leadership. «Elle se croit fédératrice, mais ne se rend pas compte que les gens ne veulent plus travailler avec elle», lance-t-il.

«Les défis étaient de taille ces deux dernières années et les avis souvent divisés», explique celle qui n’y voit «que des questions d’ego et d’intérêts personnels». Et d’ajouter qu’on lui refuse l’accès aux comptes 2019 pour validation. «Ils ont déjà été approuvés par la Municipalité», réplique son détracteur et caissier.

Résultat, une assemblée extraordinaire le 10 juillet – dont Astrid Meyer questionne la validité «vu que les membres n’ont pas encore donné décharge de l’exercice 2019» – a fait voter les membres sur un nouveau comité. «Un notaire extérieur à Vevey a été engagé pour dépouiller les votes et nous attendons le résultat», conclut Yannick Meylan.