Passer au contenu principal

Coronavirus en SuisseLa fermeture est un «coup dur» pour le commerce de détail

Pour la fédération des commerces de détail Swiss Retail, les nouvelles mesures du Conseil fédéral menacent la survie de nombreux commerces.

L’aide destinée aux cas de rigueur est nettement trop modeste pour les commerçants de détail., estime Swiss Retail.
L’aide destinée aux cas de rigueur est nettement trop modeste pour les commerçants de détail., estime Swiss Retail.
AFP

La fermeture des commerces vendant des biens non essentiels est un coup dur, estime la fédération des commerces de détail Swiss Retail. Cette mesure menace la survie de nombreux commerces, déplore l’organisation.

Swiss Retail reconnaît que la situation épidémiologique est critique. En consultation elle demandait de prolonger le «lockdown light» jusqu’au 28 février, au lieu de fermer tous les commerces non essentiels dès lundi prochain, au détriment du plus grand employeur de Suisse, avec ses 310’000 emplois.

Alors qu’il s’est montré jusqu’ici exemplaire, flexible et proactif, le secteur est puni par une fermeture disproportionnée. Le commerce de détail n’est pas un foyer de contamination, rappelle la fédération.

Aide de rigueur trop modeste

Pour les collaborateurs, la perspective d’horaires réduits en raison de magasins fermés est très pesante et elle conduit à une grande incertitude. Cette nouvelle fermeture implique une perte de 3,2 milliards de francs par mois au niveau national.

L’aide destinée aux cas de rigueur est nettement trop modeste pour les commerçants de détail. C’est pourquoi Swiss Retail exige de la Confédération une participation «modérée» aux coûts fixes.

ATS