Passer au contenu principal

Développement trop morcelé à GlandLa gauche demande de suspendre les projets immobiliers

La Municipalité de Gland est critiquée pour son manque de vision. Le PS et les Verts souhaitent un moratoire jusqu’à l’adoption du plan directeur communal.

Selon la plateforme rose-verte du Conseil communal, le quartier de la Combaz, à Gland, qui est en pleine construction, est un exemple de projet mal articulé à cause d’un manque de vision globale du développement de la cité.
Selon la plateforme rose-verte du Conseil communal, le quartier de la Combaz, à Gland, qui est en pleine construction, est un exemple de projet mal articulé à cause d’un manque de vision globale du développement de la cité.
Yves Merz

Avec son postulat, la plateforme rose-verte du Conseil communal de Gland a jeté un pavé dans la mare. Ce n’est pas la première fois qu’elle monte au front pour demander la mise à jour des outils de planification du sol. Le nouveau plan directeur communal et le nouveau plan général d’affectation sont à l’étude depuis 2012 et 2013. «Pendant ce temps-là, la ville continue à se développer sans cohésion, sans une vision globale qui intègre notamment les questions de mobilité et d’environnement», constate Rupert Schildböck, porte-parole des postulants. La gauche espère que sa demande de «moratoire sur les projets de lotissements et de plans d’affectation» va faire bouger les choses.

«La ville continue à se développer sans cohésion.»

Rupert Schidböck, porte-parole de la plateforme rose-verte

Le PS et Les Verts n’y vont pas avec des pincettes pour fustiger la gestion municipale de l’aménagement du territoire. Ils estiment que le développement s’opère en cumulant les projets isolés, sans vue d’ensemble. Ils évoquent même «une perte de maîtrise de cette politique publique essentielle» et citent plusieurs exemples: le quartier de La Combaz, «mal articulé, avec la proche Ballastière, qui a obligé de hâter le déménagement de la déchèterie…»; le projet des halles artisanales aux Avouillons, finalement bloqué; ou le projet de tour Swissquote, «présenté alors qu’on a aucune vision d’ensemble de ce secteur de 150 m autour de la gare».

Jeudi, la quasi-unanimité du Conseil a renvoyé le postulat à la Municipalité pour étude. De nombreux conseillers regrettent que la Commission du plan de zones n’ait pas été convoquée une seule fois durant la législature et souhaitent avoir davantage d’informations. En réponse à une interpellation de février 2019 sur le même sujet, la Municipalité avait largement expliqué que l’élaboration des plans communaux était dépendante des modifications de la LAT, qui ont elles-mêmes des incidences en cascade sur les plans cantonaux, régionaux et intercommunaux…

1 commentaire
    Pelot

    Et votre Syndic aux x casquettes ils en est où de la folie des grandeurs...