Passer au contenu principal

Transition énergétiqueLa Grèce veut en finir avec «l’or noir»

Le gouvernement grec a fixé à 2028 la fin du charbon pour faire de la Macédoine-Occidentale une région «verte». Une transition jugée trop rapide par la population, qui vit de l’exploitation du lignite. Reportage.

Une mine de lignite en Macédoine-Occidentale, dans le nord de la Grèce, avec en arrière-plan la centrale thermique de Kardia. 2021.
Une mine de lignite en Macédoine-Occidentale, dans le nord de la Grèce, avec en arrière-plan la centrale thermique de Kardia. 2021.
Penelope Thomaidi

La voiture de Iordanis Kosmidis fend la poussière sur une route déserte du nord de la Grèce. D’immenses silhouettes se dressent sur son chemin, au fur et à mesure qu’il s’enfonce dans le paysage fantôme. Ces dinosaures de ferraille sont des excavateurs usés d’avoir retourné le sol rouge. Des kilomètres plus loin, d’autres creusent dans un vaste cratère en quête de lignite.

Les blocs noirs sont ensuite avalés par une centrale thermique qui fume au loin. M. Kosmidis observe l’étrange ballet de ces mines de charbon depuis trente ans. «Mon père y était ouvrier, j’ai monté les échelons, je suis devenu directeur d’une mine», raconte avec fierté cet enfant du pays, devenu sous-directeur adjoint du bassin de lignite de la région de Macédoine-Occidentale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.