Passer au contenu principal

SuisseLa Grève pour l’Avenir annonce une grande journée d’actions

Initiée par le mouvement de la Grève du Climat, la Grève pour l’Avenir va organiser une journée d’actions le 21 mai prochain afin de renforcer la lutte contre les crises climatique, sociale et sanitaire.

La Grève pour l’Avenir est née du besoin d’union entre mouvements sociaux, syndicats, ONG, partis politiques progressistes, coopératives, établissements d’enseignement, associations citoyennes et personnes individuelles. (Photo d’archive)
La Grève pour l’Avenir est née du besoin d’union entre mouvements sociaux, syndicats, ONG, partis politiques progressistes, coopératives, établissements d’enseignement, associations citoyennes et personnes individuelles. (Photo d’archive)
KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

La Grève pour l’Avenir, initiée par le mouvement de la Grève du Climat, veut continuer de mobiliser pour un avenir écologique et social. Une grande journée d’actions aura lieu le 21 mai prochain.

La Grève pour l’Avenir est née du besoin d’union entre mouvements sociaux, syndicats, ONG, partis politiques progressistes, coopératives, établissements d’enseignement, associations citoyennes et personnes individuelles, rappelle vendredi le mouvement à l’occasion d’une conférence de presse.

Diverses formes d’actions sont prévues le 21 mai, comme des grèves, des événements éducatifs et des actions décentralisées. L’objectif est de lutter contre la «catastrophe globale» représentée par les crises climatique, sociale et sanitaire.

La responsabilité de la Suisse

La Suisse a une responsabilité particulière, car elle loge en son sein des groupes d’intérêt puissants, qui par leurs actions, mettent en danger la vie d’autrui, estime la Grève pour l’Avenir dans son communiqué. Le pays peut de la même façon avoir une influence positive sur le monde en crise.

Parmi les pistes d’actions, le mouvement revendique notamment de gérer les investissements réalisés par la place financière, de contribuer à un changement de politique énergétique, ou d’agir contre les grandes entreprises de l’agroalimentaire et des matières premières qui ne respectent pas les droits des personnes et de l’environnement.

Il s’agit également de s’opposer aux accords internationaux ayant des effets désastreux pour la planète et de promouvoir le développement de structures alternatives et l’organisation démocratique de la société, relève la Grève pour l’Avenir. Cette dernière veut par ailleurs protéger et étendre les droits des travailleurs, des peuples indigènes et des réfugiés.

Des assemblées climatiques

Afin de construire un système politique réellement démocratique, participatif et décentralisé, des assemblées climatiques se tiendront dans toute la Suisse le 17 janvier prochain. «Nous voulons montrer comment un processus démocratique peut se dérouler en dehors de la politique institutionnelle qui a consolidé et reproduit notre monde jusqu’à présent», relève le mouvement social.

Ces assemblées offriront également un espace pour les personnes sans passeport suisse et âgées de moins de 18 ans, «qui n’ont autrement pas leur mot à dire dans le processus politique». Un objectif majeur est de cibler les domaines de la vie qui ont été jusqu’à présent exclus du processus démocratique, comme l’économie, la place financière et le droit d’accès au sol.

ATS/NXP

Articles en relation