Passer au contenu principal

Elections communales à RenensLa guerre des gauches a tué la droite

Le PLR est éjecté de la Municipalité au profit d’un deuxième siège écologiste. Le POP sauve ses deux élus, ouvertement menacés par l’alliance rose-verte.

L’alliance rose-verte a placé ses cinq élus. De gauche à droite: après l’élection au premier tour de Tinetta Maystre (V) et du syndic Jean-François Clément (PS), Patricia Zurcher Maquignaz (PS), Oumar Niang (PS) et Nathalie Jaccard (V) sont adoubés au deuxième tour.
L’alliance rose-verte a placé ses cinq élus. De gauche à droite: après l’élection au premier tour de Tinetta Maystre (V) et du syndic Jean-François Clément (PS), Patricia Zurcher Maquignaz (PS), Oumar Niang (PS) et Nathalie Jaccard (V) sont adoubés au deuxième tour.
Chantal Dervey

Le match fratricide de la gauche à Renens allait forcément faire une victime. C’est donc finalement la droite qui perd son unique siège à la Municipalité. L’alliance rose-verte a atteint son objectif: non seulement elle permet au PS de conserver ses trois élus, avec l’élection au deuxième tour de Patricia Zurcher Maquignaz et de Oumar Niang, mais elle fait gagner un deuxième siège aux écologistes, avec l’élection de Nathalie Jaccard. Ce n’est pourtant pas le strapontin PLR qu’elle menaçait, mais bien le deuxième siège du POP. Au final, les sortants Karine Clerc et Didier Divorne ont passé l’épaule, laissant la PLR Élodie Golaz Grilli tout juste au pied du podium.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.