Passer au contenu principal

Votations du 13 juinLa loi sur le CO2 «profite à la population et à l’économie»

La ministre de l’environnement Simonetta Sommaruga a défendu lundi la révision de la loi visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de la Suisse. Il devient rentable d’agir dans le respect du climat grâce aux taxes d’incitation, selon elle.

Simonetta Sommaruga s’est exprimée sur la loi sur le CO2 lundi lors d’une conférence de presse à Berne.
Simonetta Sommaruga s’est exprimée sur la loi sur le CO2 lundi lors d’une conférence de presse à Berne.
Keystone/Peter Schneider

La loi sur le CO2, soumise au peuple le 13 juin prochain, est nécessaire. Elle profite aussi bien à la population qu’à l’économie, a souligné lundi la ministre de l’environnement Simonetta Sommaruga devant les médias.

En tant que pays alpin, la Suisse est particulièrement affectée par les changements climatiques: la hausse des températures y est deux fois plus élevée que la moyenne mondiale. Avec la révision de la loi, le Conseil fédéral et le Parlement veulent réduire d’ici 2030 de moitié les émissions de gaz à effet de serre de la Suisse par rapport à leur niveau de 1990, conformément à l’Accord de Paris.

«Rentable d’agir pour le climat»

Avec les taxes d’incitation prévues dans la révision, il devient rentable d’agir dans le respect du climat, a souligné la conseillère fédérale. La loi soutient les investissements dans des bâtiments et des infrastructures et renforce les entreprises innovantes. Elle aide par ailleurs les régions de montagne, les villes et les communes à atténuer les répercussions des changements climatiques.

Concernant les transports, elle garantit la commercialisation de véhicules consommant moins d’essence et de diesel, ce qui réduit les dépenses en carburant. La loi est en outre conçue dans une optique sociale, les taxes étant en grande partie redistribuées à la population.

Au cours de la dernière décennie, la Suisse a dépensé environ 80 milliards de francs pour importer du pétrole et du gaz naturel. Cet argent part à l’étranger. «La loi révisée sur le CO2 nous permet de gagner en indépendance vis-à-vis des compagnies pétrolières étrangères et d’investir plus d’argent en Suisse», a souligné Simonetta Sommaruga.

Soutien des cantons

La révision de la loi a également reçu le soutien des cantons. «Celle-ci donne un nouvel élan aux cantons dans leurs efforts pour réduire les émissions de CO2 des bâtiments», a souligné le président de la Conférence des directeurs cantonaux de l’énergie Mario Cavigelli.

Un comité référendaire issu des milieux économiques juge au contraire la loi «coûteuse et inefficace». Une partie des activistes de la UX économique juge au contraire la loi «coûteuse et inefficace». Une partie des activistes de la Grève du climat lui reprochent son manque d’ambition. Au total, 123’879 signatures ont été déposées contre ce texte, dont 72’622 étaient valables.

ATS

5 commentaires
    Delaplanète

    Contrairement aux affirmations dogmatiques des Verts, les taxes prévues n’induiront, je ke crains, aucune diminution de la mobilité. Nos élus ont je pense pris le problème à l’envers.

Articles en relation