Passer au contenu principal

Lieu de rencontre à VeveyLa Maison de quartier Bel-Air n’a plus de gestionnaire

Contrariée par certaines critiques, l’association APERO a dit stop. Le municipal de l’Intégration, qui a reçu diverses candidatures, dit toutefois plancher sur une solution à l’interne.

La Maison de quartier Bel-Air, très apprécié dans le quartier de Plan-Dessus, est fermée depuis que l’association APERO, déçue de certaines critiques à son encontre, a renoncé à gérer le lieu.
La Maison de quartier Bel-Air, très apprécié dans le quartier de Plan-Dessus, est fermée depuis que l’association APERO, déçue de certaines critiques à son encontre, a renoncé à gérer le lieu.
Florian Cella

La rumeur dit que tout le monde connaît le code qui permet d’ouvrir le boîtier contenant la clé de la Maison de quartier Bel-Air, à la rue du Nord. C’est dire si le lieu, qui occupe les locaux de l’ancien bistrot incontournable du même nom, est apprécié à Plan-Dessus. Et pourtant, l’espace est fermé et sans gardien depuis fin décembre. L’association APERO, qui avait accepté ce rôle à titre bénévole (moyennant une subvention de la Ville), a jeté l’éponge.

«Nous avons senti un manque de reconnaissance à la suite de diverses critiques exprimées par la Commission de gestion. Des mots tels que «favoritisme» ou «caisse noire» ont été prononcés. Dès lors, après quelque neuf ans, nous avons dit stop», explique, visiblement contrarié, le président Jean-Marc Roduit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.