Passer au contenu principal

L’invitéLa mobilité multimodale: du thème politique à la réalité

Henri Klunge souhaite la gratuité du transport des vélos dans les transports publics.

Dans les thèmes à la mode de la politique suisse, il y a la mobilité, que beaucoup veulent multimodale. Dans la majorité des cas, lorsque les politiques mobilisent ce terme, c’est pour encourager les gens qui doivent avoir recours à la voiture pour se déplacer à l’utiliser sur un court trajet pour prendre ensuite les transports publics.

Toutefois, bien souvent, le dernier kilomètre reste le grand oublié de cette politique. En effet, la «Mobility as a service» (MaaS) n’est pas encore une réalité en Suisse. Derrière ce concept se cache la possibilité de souscrire un abonnement permettant d’utiliser tous les transports publics, une voiture de location et un vélo en libre-service. Pour que ceci soit possible, il faudrait que le système de billetterie et d’abonnement soit disponible à d’autres entreprises que les entreprises officielles de transports publics.

«La réalité vous convaincra de prendre votre voiture ou, si vous optez pour le train, de prendre un taxi à la gare.»

La conseillère aux États fribourgeoise PLR Johanna Gapany a déposé une interpellation dernièrement pour savoir si le Conseil fédéral entendait rendre cela possible prochainement. Aussi, pour que les vélos en libre-service soient vraiment intéressants, il faudrait qu’ils soient disponibles partout en Suisse. Or, Publibike, qui appartient à CarPostal, et qui reste la société la plus importante en Suisse, n’a que huit réseaux. La couverture n’est largement pas assez dense.

Dès lors, si vous devez vous rendre dans un lieu peu desservi en transport public, tel qu’une zone industrielle, la réalité vous convaincra de prendre votre voiture, ou, si vous optez pour le train, de prendre un taxi à la gare ou de demander qu’on vous véhicule pour le «dernier kilomètre». Vous pouvez aussi prendre votre vélo sous le bras, mais il faudra être prêt à payer un billet demi-tarif, une carte journalière à 12 fr. ou un abonnement général pour votre vélo à 240 fr.

La gratuité pour les bicyclettes

De plus, une fois votre titre de transport en main, vous ne serez pas sûr de pouvoir entrer dans le train avec votre petite reine, puisque le transport de personnes est (et c’est normal) prioritaire. Pour pallier ce problème et rendre le déplacement à vélo réellement intéressant, même sur de longues distances, le PLR a déposé, au Grand Conseil, par la voix de Laurence Cretegny, et dans plusieurs communes, une initiative demandant que le transport des vélos soit admis sans frais de transport dans les transports publics. Bien sûr, cela devra être accompagné d’une adaptation des transports publics (porte-vélos sur les bus, wagons spéciaux dans les trains et les trams).

La mobilité est un sujet complexe qui nous touche toutes et tous. Pour qu’une politique publique soit cohérente, il faut réfléchir à l’ensemble des trajets que la population réalise et non morceler la politique de mobilité pour finir par prendre des mesurettes pour chaque segment de transport. La mobilité multimodale ne doit plus être un thème politique populaire, mais une réalité, au plus vite!

3 commentaires
    Mendriziotto

    Aucune raison,