Passer au contenu principal

Politicien condamnéLa norme antihomophobie a été employée pour la première fois

Un jeune politicien du Parti évangéliste a été condamné dans le canton de Thurgovie pour un tweet établissant un lien entre homosexualité et pédophilie.

Les Suisses ont voté il y a un an pour que les appels à la haine et les actes discriminatoires basés sur l’orientation sexuelle soient sanctionnés pénalement.
Les Suisses ont voté il y a un an pour que les appels à la haine et les actes discriminatoires basés sur l’orientation sexuelle soient sanctionnés pénalement.
Keystone

Ce serait une première en Suisse. Un jeune homme de 18 ans, membre du Parti évangéliste de Thurgovie, a été condamné en vertu de la norme pénale antihomophobie, rapporte le «Tages-Anzeiger». Il avait tweeté qu’autoriser l’adoption aux personnes de même sexe pourrait encourager la pédophilie. Le Ministère public a délivré une ordonnance pénale le 3 décembre dans laquelle il estime que le politicien dépeint les homosexuels comme étant des êtres humains inférieurs et qu’il contribue à un climat haineux. Les Suisses avaient accepté le 9 février 2020 d’étendre la norme pénale antiraciste aux propos et aux actes discriminatoires basés sur l’orientation sexuelle.

Le jeune homme a été condamné à une amende de 300 francs, 423 francs de frais annexes et à 30 jours-amende avec sursis. Il a également découvert que cette condamnation a été transmise aux services de renseignement de la Confédération (SRC). Ce dernier a comme tâche de lutter contre le terrorisme, l’espionnage, la prolifération des armes de destruction massive, les cyberattaques contre les infrastructures critiques et l’extrémisme violent.

Des personnes condamnées selon la norme pénale antiraciste, désormais étendue à l’homophobie, peuvent ainsi faire l’objet d’une fiche du SRC car les cantons sont tenus de déclarer aux renseignements les faits entrant dans ce cadre. Nos confrères rapportent toutefois que la Délégation des commissions de gestion du parlement fédéral s’est prononcée en faveur d’une abrogation de cette disposition. Cela devrait être fait lors de la prochaine révision de la loi sur le renseignement.

17 commentaires
    Jean Deschamps

    Le politiquement correcte selon certaines académies américaines... bienvenue dans la colonisation des cerveaux.