Passer au contenu principal

Tribunal administratif fédéralLa paternité et le travail sauvent un Congolais de l’expulsion

Condamné pour de nombreux délits routiers, l’homme pourra rester en Suisse à condition de filer droit pendant trois ans.

Les juges ont considéré que renvoyer Gabriel dans son pays, qu’il a quitté à l’âge de 12 ans, n’était pas une sanction proportionnelle.
Les juges ont considéré que renvoyer Gabriel dans son pays, qu’il a quitté à l’âge de 12 ans, n’était pas une sanction proportionnelle.
Keystone

Le travail, c’est la santé. C’est aussi un des moyens efficaces pour racheter ses fautes de jeunesse et éviter une expulsion de Suisse. Voilà ce qu’on peut en déduire à la lecture d’un récent jugement du Tribunal administratif fédéral (TAF). Un jugement qui récompense aussi la paternité.

Gabriel est un Congolais de 33 ans qui a eu énormément de mal à respecter la loi. Arrivé en Suisse romande à l’âge de 12 ans, il se fait remarquer par la justice dès 2009. La liste de ses condamnations est longue comme un jour sans pain et porte sur des petits délits. Il ne paie pas ses amendes, il utilise frauduleusement un ordinateur, il falsifie un certificat.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.