Passer au contenu principal

Droits des femmes en Suisse romandeLa Pierre Avoi, porte-drapeau de la lutte pour l’égalité

Cinq membres du Collectif Femmes* Valais ont déployé dimanche une banderole de 15 mètres, quatorze jours avant le 14 juin.

Les cinq femmes férues de montagne ont accroché leur banderole le long de la paroi.
Les cinq femmes férues de montagne ont accroché leur banderole le long de la paroi.
Extrait vidéo Collectif Femmes* Valais

Les images sont impressionnantes. Dimanche, cinq membres du Collectif Femmes* Valais ont déployé une banderole le long de la Pierre Avoi, sommet des Alpes valaisannes culminant à 2473 m d’altitude. Sur le tissu de 15 mètres est inscrite la date du 14 juin, journée de la Grève des femmes. Ces cinq férues de montagne l’ont accrochée dimanche sur la paroi, soit quatorze jours avant la date de mobilisation. La vidéo de leur exploit a été publiée sur leur site et sur les réseaux sociaux.

«Avec la crise sanitaire, nous avons dû trouver d’autres moyens de militer, en l’occurrence en groupe de cinq personnes», sourit Marion Jaussy, membre du collectif fort d’une centaine de membres.

Femmes et alpinisme

L’idée? «Nous souhaitions rappeler que l’on exploite la nature, de même qu’on exploite les minorités qui n’ont pas la parole, reprend Marion Jaussi. C’est très beau de le faire dans un lieu qui s’appelle la Pierre Avoi!» Cette action se voulait aussi un clin d’œil à la table ronde organisée le 8 mars dernier, Journée internationale des droits des femmes, autour du thème «femmes & alpinisme». «Dans le milieu de la montagne, les femmes ont été très longtemps exclues», rappelle la militante.

«C’est très beau de le faire dans un lieu qui s’appelle la Pierre Avoi!»

Marion Jaussi, membre du Collectif Femmes* Valais

Comme partout en Suisse romande, le Collectif Femmes* Valais prépare un programme de mobilisation pour le 14 juin. «Au vu de la situation, la mobilisation «physique» sera réduite, mais nous avons prévu un volet virtuel.»

1 commentaire
    Gypgyp

    Bien choisi le Valais ! Y a encore du boulot à faire la bas