Passer au contenu principal

Matériel de guerre«La place financière suisse sera plus durable à l’avenir»

L’initiative populaire du GSsA a mordu la poussière, mais les thématiques soulevées restent d’actualité.

Guy Parmelin ne croit pas aux interdictions.
Guy Parmelin ne croit pas aux interdictions.
KEYSTONE

Les producteurs de matériel de guerre ne verront pas leur source de financement s’amenuiser. Le peuple a rejeté dimanche à 57% l’initiative «Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre». Seuls quatre cantons, dont Genève à 64%, ont voté pour le texte. Vaud le refuse du bout des lèvres (51%).

L’initiative du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) et des Jeunes Verts voulait interdire le financement des producteurs de matériel de guerre dans le monde. La Banque nationale suisse (BNS), de même que les fondations et les institutions de prévoyance, n’auraient plus pu financer les entreprises réalisant plus de 5% de leur chiffre d’affaires annuel avec ce matériel.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.