Passer au contenu principal

Drame de BussignyLa police de Lausanne sort de son silence

L’homme qui a tué sa compagne vendredi est bien un agent municipal. Si la police reste muette sur son passé, elle parle désormais de «féminicide».

L’immeuble à Bussigny dans lequel une femme a été abattue par son ami policier vendredi, avant que ce dernier ne se suicide.
L’immeuble à Bussigny dans lequel une femme a été abattue par son ami policier vendredi, avant que ce dernier ne se suicide.
Florian Cella/24Heures

«La Direction de la sécurité et de l’économie et le Corps de Police, profondément touchés par cet acte féminicide, tiennent à exprimer leurs plus sincères condoléances à la famille et aux proches de la victime.» Interpellée par «24 heures», la police de Lausanne a pris position, après trois jours de silence, sur le décès d’une femme tuée par son compagnon, vendredi à Bussigny. Elle confirme officiellement que l’auteur des faits était bien un policier actif dans ses rangs et utilise désormais, fait rare, le terme de féminicide.

Une femme espagnole de 44 ans

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.