Passer au contenu principal

NarcotraficLa police fribourgeoise renforce sa lutte contre les drogues de synthèse

Une task force a été constituée par la police cantonale de Fribourg afin d’effectuer une lutte ciblée contre le trafic de drogues de synthèse, en particulier la méthamphétamine. Une cinquantaine de personnes ont été interpellées au mois de septembre.

Quarante-cinq auteurs présumés d’infractions à la loi sur les stupéfiants ans ont été ou seront dénoncés au Ministère public suite à l’opération de la task force de la police cantonale de Fribourg. (Photo d’illustration)
Quarante-cinq auteurs présumés d’infractions à la loi sur les stupéfiants ans ont été ou seront dénoncés au Ministère public suite à l’opération de la task force de la police cantonale de Fribourg. (Photo d’illustration)
KEYSTONE

La police cantonale fribourgeoise, préoccupée par le développement du commerce de drogues de synthèse dans le canton, a constitué une task force pour renforcer sa lutte contre le narcotrafic.

Les agents sont intervenus sur l’ensemble du territoire fribourgeois pour interpeller et entendre près de 50 personnes suspectes pendant le mois de septembre. Des perquisitions ont également été effectuées, indique la police cantonale dans un communiqué.

La plupart des personnes appréhendées ont été relaxées après leur audition mais certaines ont fait l’objet d’une arrestation provisoire et d’autres ont été placées en détention provisoire pour les besoins de l’enquête.

Entre 23 et 45 ans

Quarante-cinq auteurs présumés d’infractions à la loi sur les stupéfiants ans ont été ou seront dénoncés au Ministère public. Âgés entre 23 et 45 ans, ils sont domiciliés dans le canton de Fribourg, précise la police.

Les investigations menées par la task force ont révélé des ramifications intercantonales, notamment avec les cantons de Vaud, Berne, et Bâle.

Nombre stable

La police cantonale de Fribourg indique que le nombre de consommateurs de méthamphétamine installés dans le canton est relativement stable depuis 2017, se situant aux alentours de 200 personnes.

Le Ministère public et la police demeurent toutefois préoccupés par le phénomène et ont initié des réflexions avec des partenaires spécialisés du canton pour développer la prévention, la prise en charge et le suivi des personnes concernées.

NXP/Comm.