Passer au contenu principal

Coronavirus en EspagneLa police met fin à une fête de 40 heures près de Barcelone

Les forces de l’ordre catalanes ont mis samedi un terme à une rave party sauvage initiée pour fêter Nouvel An. Les quelque 300 participants vont être poursuivis.

La police catalane a mis fin samedi à une rave party sauvage qui se tenait avec environ 300 fêtards depuis 40 heures pour fêter Nouvel An dans un hangar près de Barcelone en pleine pandémie.

«Nous allons poursuivre les organisateurs et tous les participants», a déclaré la police – les Mossos de Esquadra – sur Twitter, soulignant que l’amende pour les participants à cette fête clandestine à Llinars del Valles, 30 km au nord-est de Barcelone, serait supérieure à 3000 euros.

«Les trois organisateurs ont été arrêtés: ils seront traduits devant les tribunaux dans les prochaines heures», a ajouté la police. Pour eux, l’amende pourrait être supérieure à 600’000 euros, a-t-elle précisé.

Un hélicoptère engagé

Des images vidéo obtenues par l’AFP montrent des jeunes sans masques de protection et sans respecter les règles barrière, fumant et dansant devant une tête de mort géante coiffée d’un bonnet de Père Noël, puis des brèves échauffourées éclater sur la piste de danse à l’arrivée de la police. On peut voir aussi une jeune femme en topless tentant de calmer les uns et les autres.

Des centaines de policiers ont participé à l’opération, appuyés par un hélicoptère, selon la radio publique espagnole RNE.

En France, une autre rave party sauvage qui se tenait depuis jeudi soir à Lieuron, au sud de la ville de Rennes (ouest) avec 2500 fêtards dont certains venus de l’étranger a pris fin samedi matin. Plus de 1200 verbalisations ont été effectuées et le matériel a été saisi.

AFPE