Passer au contenu principal

EssaiLa quatrième génération de la Honda Jazz ne se décline qu’en mode hybride

La nouvelle citadine du constructeur japonais se faufile avec bonheur dans la circulation urbaine sans dédaigner les plus longs déplacements.

La nouvelle Jazz n’existe plus qu’en motorisation hybride.
Honda Jazz
La nouvelle Jazz n’existe plus qu’en motorisation hybride.
HONDA

La quatrième génération de la Honda Jazz revient à la motorisation hybride, abandonnée dans la version précédente.

Les ingénieurs ont concocté un système qui associe un groupe essence de 1,5l et 98ch et deux moteurs électriques. Ces derniers jouent des rôles différents. Le premier sert de générateur alimentant les batteries et le second assure la propulsion du véhicule en collaboration avec le bloc thermique.

La puissance totale de la citadine atteint 109ch, ce qui lui permet d’assurer des performances honnêtes dans sa catégorie, tout en restant plutôt économe. La consommation moyenne de l’essai est restée au-dessous de 5l/100km, un résultat très proche du chiffre d’usine.

On se sent donc autant à l’aise en se faufilant en ville que sur de longs parcours. Il faut dire que cette nouvelle Jazz a été conçue pour rendre plus heureux ses occupants. L’affinement des piliers médians et le pare-brise panoramique augmentent par exemple la luminosité de l’habitacle.

Le confort à bord est aussi amélioré. Les sièges sont mieux rembourrés avec des maintiens latéraux et lombaires efficaces. L’espace pour les jambes est plus généreux à l’arrière, comme la largeur disponible, grâce au déplacement des charnières. Le point fort reste une modularité exemplaire. Le volume maximal du coffre dépasse les 1200l, dossiers arrière rabattus.

Et les stylistes ont conservé les placets relevables permettant de transporter des objets hauts, comme des plantes par exemple. Oui, la Jazz n’a jamais été aussi conviviale!