Passer au contenu principal

MédiasDarius Rochebin et la RTS au cœur d’un scandale

Le journal «Le Temps» publie aujourd’hui une enquête dénonçant des cas de harcèlement sexuel et de gestes déplacés au sein de la RTS. Parmi les figures épinglées, l’ancien présentateur vedette Darius Rochebin.

Plusieurs membres de la RTS sont accusés d’actes déplacés dans une enquête publiée aujourd’hui par le journal «Le Temps».
Plusieurs membres de la RTS sont accusés d’actes déplacés dans une enquête publiée aujourd’hui par le journal «Le Temps».
KEYSTONE

Harcèlement sexuel, gestes déplacés, abus de pouvoir: une enquête du journal «Le Temps» révèle des dysfonctionnements au sein de la RTS en épinglant plusieurs collaborateurs, dont l’ex-présentateur star Darius Rochebin. La direction de la chaîne réfute toute accusation de laxisme.

L’enquête diffusée samedi par le quotidien, qui a mobilisé trois journalistes pendant plusieurs mois, se fonde sur une trentaine de témoignages anonymisés pour la publication. Un cadre, toujours en poste, aurait fait l’objet d’une quinzaine de plaintes à l’interne pour mobbing, SMS suggestifs et lettres vicieuses, notamment.

Les témoignages évoquent le cas d’un autre collaborateur au comportement inadéquat. Il est question de mains baladeuses et de baisers forcés. Selon «Le Temps», la direction savait mais n’a pas agi. «La RTS rejette fermement toute accusation de laxisme dans la gestion de harcèlement ou de protection de ses collaborateurs», indique-t-elle samedi dans un communiqué.

Jeunes hommes

Les récits recueillis ciblent surtout Darius Rochebin, qui a quitté la RTS cet été pour rebondir en France, sur LCI. Une femme affirme avoir été embrassée de force alors qu’une autre raconte comment le journaliste lui aurait saisi la main pour la mettre sur ses parties génitales.

Des témoignages d’hommes, des jeunes qui veulent percer dans le journalisme, mettent en cause le comportement de Darius Rochebin. La star leur aurait proposé un café, un restaurant et la conversation aurait dérapé sur leur vie sexuelle. L’un d’eux aurait eu une relation avec le journaliste. «Je n’avais pas envie d’aller plus loin, mais j’avais l’impression de ne plus pouvoir revenir en arrière», dit-il au «Temps».

L’enquête dévoile aussi de faux profils Facebook qu’aurait utilisés Darius Rochebin pour entrer en contact avec ces jeunes. Contacté par «Le Temps», Darius Rochebin a répondu par l’intermédiaire de son avocat. Il «conteste fermement s’être livré à des actes pénalement répréhensibles» et précise n’avoir «jamais fait l’objet d’une plainte pénale, ni a fortiori d’une quelconque condamnation pénale».

Vérification en cours

«Si les témoignages concernant les comportements de Darius Rochebin sont confirmés, la RTS fait part de sa consternation et condamne avec force tout manquement ou écart de conduite», précise la RTS dans le communiqué. La RTS annonce vouloir vérifier «toutes les informations figurant dans cet article, réexaminer ses processus internes et prendre toutes les mesures nécessaires pour les améliorer le cas échéant».