Passer au contenu principal

États-UnisLa série «Watchmen» nominée 26 fois aux Emmy Awards

Plongeant au coeur des violences racistes et des brutalités policières aux États-Unis, la série de la chaîne HBO se retrouve en tête de la sélection des Emmy Awards 2020 qui a été dévoilée ce mardi.

Les acteurs de «Watchmen» Damon Lindelof, Regina King et James Wolk en octobre 2019 lors de la première de la série à Los Angeles.
Les acteurs de «Watchmen» Damon Lindelof, Regina King et James Wolk en octobre 2019 lors de la première de la série à Los Angeles.
AFP

La série «Watchmen» de la chaîne HBO, qui explore le passé raciste des États-Unis et les brutalités policières, a nettement dominé la sélection des Emmy Awards 2020 dévoilée mardi, avec 26 nominations au total.

Les super-héros sombres et torturés de «Watchmen» sont suivis par la comédie «La fabuleuse Mme Maisel» (20 nominations), le thriller «Ozark» (18) à égalité avec la comédie noire «Succession» (18).

Avec 15 sélections, «The Mandalorian», première série en prises de vues réelles consacrée à l’univers de Star Wars, complète le Top 5 de ces nominations, dévoilées lors d’une brève cérémonie entièrement virtuelle en raison de la pandémie de Covid-19.

Dérivée d’une série de comics créée dans les années 1980 par le Britannique Alan Moore, «Watchmen» semble avoir de bonnes chances d’emporter l’Emmy Award, équivalent des Oscars pour la télévision américaine, dans la catégorie des mini-séries, où elle affrontera «Little Fires Everywhere», «Mrs America», «Unbelievable» et «Unorthodox.»

Elle sera aussi représentée dans celles des acteurs et actrices dans une série dramatique par Jeremy Irons et Regina King.

Violences racistes

«Watchmen est déjà une série formidable en tant que telle, mais elle a pris une signification encore plus forte ces dernières semaines», analysait pour l’AFP Joyce Eng, spécialiste des prix pour le site internet Gold Derby, avant la publication de la sélection des Emmy Awards, équivalent des Oscars de la télévision aux États-Unis.

Axée autour du massacre de plusieurs centaines d’habitants noirs de la ville de Tulsa (Oklahoma) en 1921 par des émeutiers blancs, «Watchmen» plonge en effet au coeur des violences racistes et brutalités policières, des thèmes qui sont cruellement d’actualité aux États-Unis depuis la fin mai.

«Amplifier les voix»

«2020 n’est pas seulement une crise sanitaire mondiale. Cette année, nous sommes aussi les témoins d’un des plus grands combats pour la justice sociale dans l’histoire», a d’ailleurs relevé le président de l’Académie des Emmy Awards, Frank Scherma, en allusion aux manifestations qui se poursuivent à travers le pays depuis des semaines.

«C’est le pouvoir et la responsabilité de la télévision, non seulement d’offrir une multitude de services ou un peu de rêve, mais aussi d’amplifier les voix qui doivent être entendues et raconter les histoires qui doivent être dites», a-t-il affirmé.

Dans la catégorie des comédies, la série produite par Amazon «La Fabuleuse Mme Maisel», mettant en scène une épouse juive bafouée qui se lance dans le stand-up à New York dans les années 1950, fait figure de favorite. Son actrice principale, Rachel Brosnahan, est également sélectionnée.

Côté série dramatique, Laura Linney et Jason Bateman défendront les couleurs d’«Ozark» face notamment au duo d’acteurs de «The Morning Show» nouvelle venue d’Apple TV+, Steve Carell et Jennifer Aniston.

C’est toutefois la Britannique Olivia Colman, Oscar de la meilleure actrice pour «La Favorite» en 2019, qui part favorite avec «The Crown» (Netflix) dans cette catégorie assez disputée.

Quatre des huit nominations pour la meilleure série comique sont des nouveaux arrivants, relève l’Académie des Emmy Awards: «Dead to Me», «Insecure», «La Méthode Kominsky» de Michael Douglas et le faux documentaire sur la vie de trois vampires new-yorkais «What We Do In The Shadows».

Cérémonie le 20 septembre

Pour cette 72e édition, le géant Netflix devance nettement son rival HBO avec 160 nominations contre 107, établissant un nouveau record.

Les Emmy Awards seront remis le 20 septembre, lors d’une cérémonie qui risque fort d’être elle aussi entièrement virtuelle, Los Angeles et sa région étant l’un des principaux foyers de Covid-19 sur le sol américain.

AFP/NXP