Passer au contenu principal

Crise au Liban«La seule chose à laquelle on pense, c’est se nourrir»

Frappés de plein fouet par une crise économique et financière gravissime, les Libanais ont basculé, en l’espace de quelques mois, dans la pauvreté.

Un enfant à côté d’un frigo vide dans un appartement de Tripoli. La crise économique que traverse le pays est sans précédent
Un enfant à côté d’un frigo vide dans un appartement de Tripoli. La crise économique que traverse le pays est sans précédent
AFP

Rares sont les clients à pousser encore la porte de «Bronzini». À Hamra, en plein centre de Beyrouth, la vitrine bariolée de cette boutique d’articles de plage évoque tristement une époque, pas si lointaine, où les Libanais pouvaient encore se procurer le b.a.-ba: un nouveau maillot de bain pour l’été. «J’ai baissé mes tarifs de 40 à 10 dollars, mais même à ce prix-là, je n’arrive plus à vendre», se désespère Hicham, le propriétaire. «Pendant la guerre civile (1970-1990), la situation n’était pas aussi catastrophique», assure, la mine anxieuse, cet homme de 66 ans. Frappé depuis la fin de l’été dernier par une crise économique et financière gravissime, le Liban, pays de vacances où ont longtemps afflué les touristes fortunés du Golfe et la puissante diaspora libanaise, n’est plus que l’ombre de lui-même.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.