Passer au contenu principal

Nouvelles infections au Covid-19«La situation suisse est dangereusement stable»

L’Office fédéral de la santé publique estime que la tendance à la hausse est «inconfortable» mais il ne crie pas au loup.

Le chef de la cellule de crise à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) estime la situation épidémiologique inconfortable.
Patrick Mathys
Le chef de la cellule de crise à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) estime la situation épidémiologique inconfortable.
Keystone

Quand on lui demande ce vendredi son analyse sur la situation actuelle du coronavirus en Suisse, Patrick Mathys ne sait pas trop sur quel pied danser. Le chef de la cellule de crise à l’Office fédéral de la santé publique résume alors son embarras d’une formule ambiguë: «La situation suisse est dangereusement stable.»

Pour bien comprendre cette ambivalence, il faut regarder les derniers chiffres des contaminations. On voit qu’ils varient fortement d’un jour à l’autre. Le lundi, ils sont relativement bas avec une soixantaine de nouveaux cas. Le mercredi, ils peuvent monter à 150.

Ouverture des frontières

Pourquoi est-ce dangereux selon Patrick Mathys? Parce que la tendance est clairement à la hausse par rapport à la mi-juin. «Il peut y avoir tout d’un coup plusieurs foyers d’infections. Là, il faut se méfier d’une augmentation exponentielle comme on l’a vu par le passé». Voilà pour la version pessimiste.

Il y a aussi la version optimiste. Malgré une large ouverture des frontières, le nombre d’infections se stabilise entre 60 et 150. C’est certes plus haut que lorsqu’on tournait autour d’une trentaine de cas par jour. La situation ne s’aggrave pas de semaine en semaine. Une «stabilité dangereuse», somme toute.