Passer au contenu principal

Développement durable à AubonneLa société électrique prime ceux qui veulent débrancher!

Cinq projets sortent vainqueurs du prix de la Transition, lequel aurait dû constituer le point d’orgue des 125 ans de la SEFA, à Aubonne.

L’apiculteur-cycliste Guillaume Schneider fait même fonctionner sa centrifugeuse à la force des mollets!
L’apiculteur-cycliste Guillaume Schneider fait même fonctionner sa centrifugeuse à la force des mollets!
François Moesching

À l’origine, et il est bon de le rappeler, dirigeants et ouvriers de la SEFA, la Société électrique des forces de l’Aubonne, ne manquaient pas d’audace ni de panache. Trop cher, l’achat d’un tram? Alors on va le construire nous-mêmes! L’installation n’est plus en service depuis longtemps, mais c’est cet état d’esprit que l’entreprise a souhaité mettre en lumière en organisant, à l’occasion de ses 125 ans, le prix de la Transition, un événement qui aurait dû célébrer les lauréats en public, projet évidemment avorté pour les raisons que l’on sait.

«Nous devons être créatifs pour éviter un jour ou l’autre de dépendre de nos voisins»

Laurent Balsiger, directeur de la SEFA

Mais le processus a tout de même été suivi, invitant privés et professionnels à livrer leur idée géniale pour demain, de manière plutôt libre, à condition de consommer moins ou mieux, ce qui ne manque pas d’ironie pour un organisateur qui fait justement commerce de l’électricité. «Les ressources ne sont pas sans fin et nous devons plus que jamais réfléchir aujourd’hui à l’amélioration de nos standards de vie pour justement garantir l’autonomie d’une petite région comme la nôtre plutôt que de ne rien faire avec le risque certain de dépendre un jour ou l’autre de nos voisins, résume Laurent Balsiger, directeur de la SEFA. Il y a un siècle, les Aubonnois ont été visionnaires en amenant une nouvelle source d’énergie durable pour se doter d’un tram et éclairer leurs rues. Le défi est similaire compte tenu des enjeux climatiques du moment, et nous devons revenir à cet esprit pionnier et local, qu’il s’agisse de l’énergie, de la mobilité et des télécommunications.»

Lampadaires pour voitures!

Parmi une trentaine de projets, révélant parfois des aventures individuelles assez folles pour diminuer la consommation d’une villa, cinq candidats se sont distingués, notamment Kim Bersier, de Denges, qui envisage d’installer des bornes sur les lampadaires situés à proximité des places de stationnement, ce qui permettrait de recharger les batteries des voitures électriques.

La SEFA l’accompagnera dans sa démarche, tout en lui faisant profiter d’un réseau très large dans le domaine, comme les autres projets, le coup de cœur allant à une association qui produit du miel et le livre à vélo dans un rayon de 20 kilomètres!