Passer au contenu principal

EnvironnementLa société suisse Inova vole au secours des montagnes de déchets de la Russie

La technologie de la filiale suisse du groupe japonais a été choisie pour la construction de quatre premières usines de recyclage. Vaste problème en Russie où, pour le moment, les ordures finissent dans des décharges.

Une décharge à ciel ouvert dans la région de Moscou en avril 2019.
Une décharge à ciel ouvert dans la région de Moscou en avril 2019.
AFP

Pour l’aider à recycler ses ordures ménagères, et résoudre un problème environnemental trop longtemps laissé de côté, la Russie se tourne vers Hitachi Zosen Inova (HZI). La filiale suisse du groupe japonais, avec sa technologie de centrales thermiques transformant déchets en électricité, est au cœur du vaste projet lancé récemment par trois poids lourds de l’économie publique russe. Rostec, géant du militaire en pleine diversification civile vers les nouvelles technologies, Rosatom, monopole nucléaire et fournisseur d’équipements, VEB, agence publique du développement en charge de l’«économie verte», ont annoncé un programme de 600 milliards de roubles (plus de 7 milliards d’euros) sur dix ans. L’objectif: bâtir 25 usines de recyclage.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.