Passer au contenu principal

ÉditorialLa Suisse a les moyens du bien-être des jeunes

Ils n’ont pas de puissants lobbyistes à Berne entraînés pour murmurer à l’oreille des magistrats, ni de faîtières susceptibles de faire pression pour infléchir un diktat fédéral. Non! Les jeunes n’ont que quelques rave - c’est fou comme on entend aussi rêve dans ce mot - pour faire péter de petites bulles de liberté. Ou alors quelques prises de parole médiatiques, quand on la leur donne.

Il y a eu les étudiants qui viennent de passer un semestre sans vraiment se voir ou pouvoir apprendre à se connaître, il y a les apprentis prétérités dans leurs travaux pratiques quand ils ne subissent pas les problèmes économiques de leurs patrons, bref… on n’a vu que la pointe de leur détresse. Et il a fallu attendre le triste anniversaire d’une année de crise pour que les Sages, lors de la conférence de presse de ce mercredi, leur consacrent quelques minutes empathiques! Mais la Suisse a les moyens de se soucier de sa jeunesse et pas uniquement avec des mots alors que le milieu culturel a une place à prendre dans leur vie comme espace de liberté, de sens et de débat.

Dans les deux derniers mois, possibilité était laissée aux institutions culturelles, musées et salles de spectacle de les accueillir jusqu’à 16 ans, une limite plafond qui sera étendue dès le 1er mars jusqu’à 18 ans. Or celles qui en avaient les moyens humains – la volonté aussi! – et qui ne se sont donc pas contentées d’attendre la demande, en assumant l’effort d’être proactives malgré les contraintes administratives et sanitaires, ont fait carton plein.

«Parce que c’est mon métier de faire venir du monde au musée», glisse une médiatrice culturelle. «Pour un plaisir fou partagé», jubile une metteuse en scène et «parce que l’école autrement, en ces temps difficiles, ça fait du bien» abonde une directrice d’école. La preuve que sur le marché des biens essentiels – ou pas tenu par la Confédération, le bien-être des jeunes et des jeunes adultes devrait être non négociable. Et la culture a les arguments pour le rappeler!

8 commentaires
    toyet

    N'oubliez pas que la culture est un sous-produit gauchiste, qui essaime sa m.... pour remplacer l'art. Je vois une majorité de vieux dans les musées et une majorité de jeunes dans les Rêves.De plus les jeunes sont les champions pour suivre les manifestations financées par Soros, mais pas foutu de descendre dans la rue pour mettre fin à l'arnaque covid.