Passer au contenu principal

Aides pour affronter la criseLa Suisse en fait moins que ses voisins pour ses entreprises

Les approches pour atténuer l’impact de la crise sanitaire sur l’économie varient beaucoup d’un pays à l’autre. La France se montre très généreuse.

Un établissement du centre de Schwytz, portes closes comme dans tout le pays ce samedi 9 janvier. La crise liée à la pandémie pèse durement sur le secteur de la restauration.
Fermé
Un établissement du centre de Schwytz, portes closes comme dans tout le pays ce samedi 9 janvier. La crise liée à la pandémie pèse durement sur le secteur de la restauration.
Keystone

«Je pense que la Suisse est un pays pingre en la matière.» Dimanche soir, sur le plateau de la RTS, le président du Conseil d’État valaisan, Christophe Darbellay, n’a pas mâché ses mots pour qualifier les aides versées aux entreprises en difficulté en raison de la crise sanitaire.

Est-ce vrai? En se basant sur des chiffres datant du 11 septembre dernier, le Fonds monétaire international (FMI) a calculé que la Suisse a dépensé des fonds équivalents à 4,8% de son PIB en aides économiques. C’est moins que la majorité des pays européens, comme la France (5,2%), l’Allemagne (8,3%), la Grande-Bretagne (9,2%). L’Italie, très endettée, se situe presque à notre niveau (4,9%).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.