Passer au contenu principal

Mutation du coronavirusLa variante a été détectée dans les cantons de Zurich et des Grisons

L’Office fédéral de la santé publique a précisé dimanche quels cantons sont concernés par la nouvelle souche britannique du virus. Le cas zurichois serait un Suisse travaillant en Grande-Bretagne, selon la «NZZ am Sonntag».

Les deux personnes identifiées en Suisse ont pu être contactées par les cantons concernés et les mesures d’isolement et de quarantaine ont été appliquées. (Photo d’illustration)
Les deux personnes identifiées en Suisse ont pu être contactées par les cantons concernés et les mesures d’isolement et de quarantaine ont été appliquées. (Photo d’illustration)
KEYSTONE

Trois cas de la nouvelle variante britannique plus contagieuse du coronavirus ont été détectés en Suisse – dans les cantons de Zurich et des Grisons – et au Liechtenstein, a précisé dimanche l’OFSP à Keystone-ATS. La task force scientifique réclame des mesures plus sévères.

Selon la «NZZ am Sonntag», le cas zurichois serait un Suisse travaillant en Grande-Bretagne et testé positif à son retour au pays pour les fêtes de fin d’année. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) avait annoncé jeudi soir que la nouvelle variante du coronavirus a été détectée pour la première fois en Suisse dans deux échantillons.

Les deux personnes identifiées en Suisse ont pu être contactées par les cantons concernés et les mesures d’isolement et de quarantaine appliquées, précise l’OFSP. Par ailleurs, plusieurs vols de rapatriement des quelque 10’000 Britanniques arrivés en Suisse depuis la mi-décembre ont été organisés ces derniers jours au départ de Zurich et Genève.

A Verbier (VS) par exemple, il n’y a quasiment plus de touristes britanniques. Ils ont déserté la station valaisanne suite à la quarantaine imposée par le Conseil fédéral aux personnes arrivant de Grande-Bretagne et d’Afrique du Sud.

Nouvelles mesures envisagées

Tant le ministre de la santé Alain Berset que celui de l’économie Guy Parmelin, par ailleurs président de la Confédération 2021, n’ont pas exclu de nouvelles mesures afin de protéger le pays de la nouvelle souche. Interrogés dans différents médias ce week-end, tous deux ont reconnu avoir sous-estimé la situation durant l’été.

Après la première vague, on a été beaucoup trop optimiste quand on a pensé que nous pourrions rouvrir les grandes manifestations à l’automne, a ainsi reconnu Alain Berset, interrogé par la TV alémanique SRF.

Le ministre socialiste ne pense pas que l’on sera débarrassé de sitôt de ce virus. Il va rester, malgré les vaccins et les médicaments. La voie qu’a choisie la Suisse a son prix, elle demande de la responsabilité individuelle, de la raison et une vision à long terme: «Si cela ne fonctionne pas, nous devrons renforcer les mesures».

Tour de vis demandé

La task force scientifique de la Confédération n’y va pas par quatre chemins: il faut serrer la vis d’urgence, et les capacités de tests et de traçage dans les cantons doivent être augmentées sans délai, a-t-elle indiqué dans un communiqué diffusé à Noël.

Selon les données scientifiques disponibles, la variante britannique VOC 202012/01 se propage plus rapidement et est plus susceptible d’être contagieuse que les autres variantes du SARS-CoV-2. Sa propagation rendrait plus difficile le contrôle de l’épidémie en Suisse: elle pourrait faire augmenter de 0,4 le taux de reproduction de l’infection, qui est d’ores et déjà légèrement supérieur à 1 (1,05 au 24 décembre).

Par conséquent, la task force scientifique juge une nouvelle fois – elle l’avait déjà indiqué le 15 décembre – que des mesures strictes et à l’échelle nationale sont urgentes. En plus de la réduction des contacts, il est nécessaire d’étendre immédiatement les capacités cantonales de test et de traçage. Il s’agit en outre de mettre en oeuvre de manière stricte et cohérente les règles d’isolement et de quarantaine.

ATS/NXP