Passer au contenu principal

C’est votre histoire«La vie est un cadeau, il faut en profiter»

Image d’elle-même, questionnements, recherche de sens et culpabilité: aujourd’hui sortie d’affaire, Mercedes, 59 ans, raconte l’impact qu’un cancer du sein a eu sur elle.

«Symboliquement, je me suis rasé la tête, j’ai enfilé des bottes de cuir et j’ai annoncé le début de ma guerre personnelle sur Facebook», raconte Mercedes.
«Symboliquement, je me suis rasé la tête, j’ai enfilé des bottes de cuir et j’ai annoncé le début de ma guerre personnelle sur Facebook», raconte Mercedes.
Sophie Brasey

On n’a qu’une vie, il faut donc en profiter. Je sais, ça fait cliché et bateau, mais aujourd’hui, à 59 ans, après m’être battue comme une guerrière contre un cancer du sein, c’est vraiment et profondément ce que je ressens. Pour moi, tout a commencé en 2013. J’étais allée plutôt sereine et confiante chez mon gynécologue. Parce que ce sein qui se modifiait, c’était sûrement une histoire d’âge, non? Évidemment, non! Si bien que quand le diagnostic est tombé, j’ai d’abord vu mon monde s’effondrer. Surtout que quelques minutes plus tard, ma sœur m’a téléphoné pour m’apprendre que mon père venait de mourir. Ça faisait un peu beaucoup à avaler en une seule fois…

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.