Passer au contenu principal

Soins et santé communautaire«La vraie vie a renforcé ou fait basculer des vocations timides»

Quelque 600 apprentis de l’École de soins et santé communautaire (ESSC) ont été mis à disposition à 100% de leur employeur du 16 mars au 5 juin. Trois questions à Stéphane Coendoz-Carron, directeur.

Stéphane Coendoz-Carron dirige l’École de soins et santé communautaire, qui forme tous les assistants en soins et santé communautaire et les aides en soins et accompagnement du canton.
Stéphane Coendoz-Carron dirige l’École de soins et santé communautaire, qui forme tous les assistants en soins et santé communautaire et les aides en soins et accompagnement du canton.
DR

Comme les futurs infirmiers, vos apprentis ont été au front durant la crise du Covid-19. Comment cela s’est-il passé?

L’école a fermé ses cours mi-mars selon les directives du Conseil fédéral alors même que les employeurs de nos futurs assistants en soins et santé communautaire (CFC) et aides en soins et accompagnement (AFP), dont la grande partie (ndlr: 220, contre 122 en milieu hospitalier, 43 en soins à domicile et 8 dans d’autres structures) est formée en EMS, nous ont demandé de les libérer. Avec deux jours de cours pour les 1re et 2e années (un jour pour les 3e), cela leur faisait 40% de forces en plus.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.