Passer au contenu principal

C’était en 1951 à MontreuxL’abbé chantant s’est éteint il y a 70 ans

Auteur du «Vieux chalet» traduit en dix-sept langues, Joseph Bovet a fini sa vie à Clarens, pour raisons de santé principalement.

Claude Béda

Joseph Bovet a créé un millier de chansons, ainsi que des messes et des oratorios.
Joseph Bovet a créé un millier de chansons, ainsi que des messes et des oratorios.
ASL/CYBERPHOT0/VQH

Clarens, Villa Toscane, rue du Lac 2. Samedi 10 février 1951. Vers 8h du matin, après avoir souffert toute la nuit, l’abbé Joseph Bovet meurt à l’âge de 72 ans. La nouvelle se répand, relayée dès 12h45 par Radio-Lausanne qui, après l’annonce de l’information, diffuse une émission spéciale en hommage au défunt. Les cameramen du Ciné-journal se rendent sur place. Ses amis font le déplacement, dont le chancelier de la Confédération Oscar Leimgruber. La mort de l’abbé chantant, pourtant absent de la scène publique depuis 1947, devient un événement national. Le Gruérien avait été un compositeur et parolier prolifique, auteur de 2000 œuvres, dont une moitié n’est pas d’inspiration liturgique. C’est lui qui avait écrit «Le vieux chalet», célèbre chant traduit en dix-sept langues.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.