Passer au contenu principal

Un outil bientôt démocratisé?L’ADN des aliments utilisé comme code-barres

Savoir si votre lasagne contient du bœuf ou du cheval grâce à un test génétique à la portée du consommateur lambda? L’idée fait son chemin.

Jeter un œil à la liste des ingrédients n’est pas toujours suffisant pour savoir ce qui se cache dans nos assiettes.
Jeter un œil à la liste des ingrédients n’est pas toujours suffisant pour savoir ce qui se cache dans nos assiettes.
Getty Images/Image Source

Qu’y a-t-il réellement dans votre assiette? Votre lasagne précuisinée est-elle bien faite à base de viande de bœuf? Votre crème glacée a-t-elle été préparée avec de la vanille ou un arôme de synthèse? Votre snack contient-il un allergène que vous devez impérativement éviter? Jeter un œil à la liste des ingrédients n’est pas toujours suffisant pour le savoir. Certains scandales qui ont défrayé la chronique ces dernières années l’ont démontré.

Le système de production alimentaire est complexe, globalisé, vulnérable à la fraude et à la contamination. D’où l’intérêt de se servir des informations contenues dans l’ADN, propres à chaque espèce, qu’il s’agisse d’animaux, de plantes ou de champignons. Des laboratoires, qui délivrent notamment des certifications internationales, en ont fait leur spécialité. Mais cette technologie pourrait bien, un jour, être accessible à tout un chacun.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.