Passer au contenu principal

Vaccins et variantsL’Afrique du Sud connaît un début de vaccination chaotique

Les doses du vaccin AstraZeneca déjà commandées se sont révélées inefficaces contre le variant sud-africain. La campagne démarre avec le Johnson & Johnson.

Pour donner l’exemple, le président Cyril Ramaphosa a été l’un des premiers Sud-Africains à recevoir une dose du vaccin Johnson & Johnson, le 17 février 2021 à Cape Town.
Pour donner l’exemple, le président Cyril Ramaphosa a été l’un des premiers Sud-Africains à recevoir une dose du vaccin Johnson & Johnson, le 17 février 2021 à Cape Town.
REUTERS

C’est le premier pays du monde à utiliser le vaccin du laboratoire américain Johnson & Johnson, pas encore commercialisé et dans l’attente d’un feu vert des autorités sanitaires américaines et européennes. 80’000 doses viennent de lui être livrées, et serviront à vacciner en priorité les travailleurs de la santé.

«C’est une nouvelle ère», a déclaré le chef de l’État. Cyril Ramaphosa tente de redonner espoir à la nation, qui sort tout juste d’une deuxième vague brutale de contaminations. L’Afrique du Sud, qui compte 59 millions d’habitants, est le pays africain le plus touché par le virus, avec plus de 1,5 million de cas, et 49’000 décès enregistrés. C’est là aussi que des chercheurs ont identifié, fin novembre 2020, un des variants du SARS-CoV-2, plus contagieux, et qui semble plus résistant à certains vaccins.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.