Passer au contenu principal

Livre photoPhotos de l’amour qui ne disait pas son nom

Hugh Nini et Neal Treadwell dévoilent des clichés de couples homosexuels de 1850 à 1950 dans «Ils s’aiment». Morceaux de bravoure candide.

Photographie de format cabinet, États-Unis, vers 1880.
Photographie de format cabinet, États-Unis, vers 1880.
Courtesy collection Nini-Treadwell/Les arènes/DR

Durant deux décennies, les Américains Hugh Nini et Neal Treadwell ont accumulé plus de 2800 photographies de couples homosexuels prises entre 1850 et 1950. La sélection de 350 clichés dans le beau livre «Ils s’aiment» montre des portraits venus des États-Unis, quelques-uns d’Australie, Bulgarie, Canada, Croatie, France, Allemagne ou Angleterre. Sans classement chronologique, velléité militante ou distinction démographique, ces amours pourtant interdites à l’époque irradient.

Les collectionneurs déclarent en note d’intention avoir eu cette idée par une impulsion d’abord intime, puis par souci de consolider une mémoire plus universelle. «Au début, nous avons acquis des photos parce qu’elles nous parlaient personnellement. Mais au fur et à mesure que s’enrichissait notre collection, nous avons eu le sentiment d’être impliqués dans une sorte de mission de sauvetage.»

Photographie, 1951.
Photographie, 1951.
Courtesy de la collection Nini-Treadwell/Les Arènes/DR

«Nous suivions une règle, nous devions être convaincus à au moins 50% qu’il s’agissait de deux hommes vraiment amoureux.»

Hugh Nini et Neal Treadwell, collectionneurs

Ce fonds sidère par sa puissance candide. Pour mémoire, la tolérance reste fragile en la matière. En janvier 2018, la publication dans «Réformés», journal des Églises suisses réformées, de la photo de deux hommes nus enlacés, provoquait, l’un d’eux ayant les bras en croix, ici, et son auteur, Elisabeth Ohlson Wallin, était vouée aux enfers par une centaine de Vaudois offensés. Rien de tel ici.

Hugh Nini et Neal Treadwell avouent d’ailleurs avoir été les premiers surpris de découvrir un jour dans une vente aux enchères en ligne le portrait de deux soldats posant joue contre joue dans les années 1940. La photo était préservée dans un cadre Art déco portant la mention «Pour toujours». Reste qu’avant d’imaginer la miniature trônant sous le napperon d’un guéridon, il y a toute une époque.

«Il a fallu attendre la fin des années 1960 pour que l’opinion publique des pays occidentaux commence à reconnaître l’homosexualité comme forme de vie.»

Régis Schlagdenhauffen, sociologue et historien

Régis Schlagdenhauffen, sociologue et historien, le rappelle en introduction de l’ouvrage: «Il a fallu attendre la fin des années 1960 pour que l’opinion publique des pays occidentaux commence à reconnaître l’homosexualité comme forme de vie.» Pour mémoire, aux États-Unis, il faut attendre 1962 pour que l’Illinois abolisse le «crime de sodomie», lequel sera définitivement abrogé en 2003 au niveau fédéral. D’où la surprise de trouver des homosexuels s’immortalisant comme n’importe quel couple d’amoureux.

Bravoure humaniste

Se piquant au jeu, les compères, eux-mêmes mariés depuis trente ans, ont constitué un ensemble touchant par sa bravoure humaniste. «Nous ne sélectionnons que des photos de couples masculins dont on peut affirmer sans trop risquer de se tromper qu’ils sont amoureux. Rien de sexuel, mais toujours quelque chose de romantique.» Triomphants dans un champ d’herbes, benêts en maillot de bain, timides dans leur costume du dimanche ou flamboyants en uniforme: «Ils s’aiment», et voilà tout. Face à tant d’ingénuité, les collectionneurs se méfiaient d’abord. S’agissaient-ils d’embrassades affectueuses, loin d’une affirmation sexuelle? «Nous suivions une règle, nous devions être convaincus à au moins 50% qu’il s’agissait de deux hommes vraiment amoureux.» Faute de témoignage direct, Hugh Nini et Neal Treadwell disent s’en remettre au «regard». De quoi écarquiller les pupilles.

Carte postale, Bulgarie, non datée.
Carte postale, Bulgarie, non datée.
Courtesy de la collection Nini-Treadwell/Les Arènes/DR
Photographie, États-Unis, non datée.
Photographie, États-Unis, non datée.
Courtesy de la collection Nini-Treadwell/Les Arènes/DR

«Ils s’aiment», Hugh Nini et Neal Treadwell, Éd. Les Arènes, 336 p.