Passer au contenu principal

Pandémie en SuisseL’année 2020, indissociable du Covid-19

La pandémie de coronavirus a fortement marqué l’année 2020 dans le monde entier. En Suisse, plus de 6500 personnes en sont décédées depuis la fin du mois de février. Récapitulatif chronologique.

Le conseiller fédéral Alain Berset, droite, parle avec le personnel hospitalier lors de la visite des soins intensifs de l'hôpital Pourtalès du Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) pendant sa visite au canton de Neuchâtel pendant la 2ème vague de la pandémie de Coronavirus le mercredi 16 décembre 2020. (image d’illustration)
Le conseiller fédéral Alain Berset, droite, parle avec le personnel hospitalier lors de la visite des soins intensifs de l'hôpital Pourtalès du Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) pendant sa visite au canton de Neuchâtel pendant la 2ème vague de la pandémie de Coronavirus le mercredi 16 décembre 2020. (image d’illustration)
Keystone

Le coronavirus a marqué cette année 2020 de son empreinte. En deux vagues, depuis que la Suisse a été touchée, le 25 février, la pandémie y a tué plus de 6500 personnes, forçant tour à tour les cantons et le Conseil fédéral à prendre des mesures draconiennes. Retour sur les principaux événements.

25 février: premier cas confirmé de Covid-19 en Suisse.

27 février: début de la campagne de prévention de l’OFSP contre le coronavirus: se laver les mains, tousser et éternuer dans son coude ou dans un mouchoir et rester à la maison en cas de toux et de fièvre.

28 février: le Conseil fédéral interdit toutes les manifestations de plus de 1000 personnes en Suisse jusqu’au 15 mars.

Mars

5 mars: premier décès lié au coronavirus en Suisse.

13 mars: le Conseil fédéral interdit aux écoles d’ouvrir les classes jusqu’au 4 avril. Les manifestations de plus de 100 personnes sont interdites, la limite est fixée à 50 personnes pour les bars, restaurants et discothèques.

14 mars: le Tessin boucle tous les restaurants, bars et magasins, à l’exception des épiceries et pharmacies.

15 mars: le Parlement suspend la session de printemps.

16 mars: le Conseil fédéral décide de recourir au droit d’urgence et place tout le pays en état de situation extraordinaire. Toutes les manifestations sont interdites. Seuls les commerces de première nécessité (alimentation/santé) peuvent rester ouverts. Les entrées aux frontières allemandes, françaises et autrichiennes sont limitées. L’armée se met à disposition.

19 mars: les transports publics réduisent leur offre.

20 mars: les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits en Suisse. Le Conseil fédéral libère 32 milliards pour le monde du travail, la culture et le sport. Les tribunaux civils et administratifs sont mis en vacances judiciaires. Les opérations non urgentes sont interdites dans les hôpitaux.

25 mars: les restrictions d’entrée en Suisse sont étendues à tous les États Schengen. Les entreprises peuvent solliciter auprès des banques des crédits cautionnés par la Confédération pour un total de 20 milliards de francs.

27 mars: l’armée vient en renfort pour contrôler la frontière suisse.

Avril

3 avril: le Conseil fédéral demande au Parlement de doubler à 40 milliards de francs au total le volume de crédits cautionnés par la Confédération.

4 avril: près d’un actif sur quatre est au chômage partiel en Suisse, soit 1,3 million de personnes. Au Tessin, ce taux atteint même 40%.

16 avril: le Conseil fédéral annonce la sortie du semi-confinement en trois étapes, le 27 avril, le 11 mai et le 8 juin.

27 avril: coiffeurs, magasins de jardinage et de bricolage, cabinets médicaux rouvrent leurs portes.

Mai

4-6 mai: session extraordinaire du Parlement fédéral consacrée à l’épidémie et pour la première fois délocalisée à Bern Expo pour raisons sanitaires.

6 mai: les Chambres fédérales donnent leur feu vert à un crédit d’engagement de 40 milliards de francs pour les prêts transitoires aux PME. S’y ajoutent des crédits de notamment 6 milliards pour l’assurance chômage et 5,3 milliards pour les allocations pour perte de gain.

11 mai: restaurants, musées et bibliothèques rouvrent. Les élèves reprennent le chemin de l’école, mais uniquement pour le niveau obligatoire.

20 mai: le Conseil fédéral décide d’injecter 14,2 milliards de francs supplémentaires dans l’assurance chômage.

30 mai: les rassemblements allant jusqu’à 30 personnes sont de nouveau autorisés.

Juin

6 juin: cinémas, théâtres, zoos, remontées mécaniques, campings, piscines et écoles post-obligatoires peuvent reprendre leurs activités. La limite de 30 personnes est remplacée par un plafond de 300 personnes.

15 juin: la Suisse rouvre ses frontières avec tous les États membres de l’Union européenne et le Royaume-Uni.

19 juin: le Conseil fédéral annonce de nouveaux assouplissements: dès lundi 22 juin les rassemblements jusqu’à 1000 personnes sont autorisés à condition de garantir le traçage des contacts. La distance de sécurité sera réduite à 1,5 mètre. D’autres restrictions sont levées pour les restaurants et les clubs de nuit.

Juillet

6 juillet: de vivement recommandé mais volontaire, le port du masque devient obligatoire pour toutes les personnes de 12 ans et plus dans les transports publics de Suisse, suite à une décision du Conseil fédéral annoncée le 1er juillet.

Septembre

2 septembre: le Conseil fédéral fixe les critères pour les manifestations de plus de 1000 personnes. Les spectateurs resteront assis et les masques seront souvent obligatoires. Les stades et les patinoires pourront être remplis aux deux tiers.

11 septembre: L’OFSP ajoute neuf régions françaises à sa liste des territoires à risque. Les régions frontalières ne figurent pas sur la liste.

23 septembre: Les Chambres fédérales acceptent la loi Covid-19. Le Conseil fédéral souhaitait que plusieurs ordonnances visant à surmonter la crise du coronavirus ne deviennent pas caduques après six mois. D’où la nécessité d’ancrer ces dispositions dans une loi.

Octobre

Début octobre: après un été avec très peu de cas, le nombre d’infections quotidiennes repart à la hausse.

15 octobre: le conseiller fédéral Alain Berset tire la sonnette d’alarme: la situation se dégrade plus vite en Suisse qu’ailleurs. Le président de la Conférence cantonale des directeurs de la santé, Lukas Engelberger appelle tous les cantons à prendre des mesures.

19 octobre: le port du masque devient obligatoire dans tous les espaces publics clos, quais de gares, arrêts de bus et aéroports inclus.

28 octobre: le Conseil fédéral adapte sa stratégie:

- le port du masque à l’extérieur devient obligatoire dans les endroits à forte fréquentation comme les terrasses de restaurants, les abords de magasins ou les marchés de Noël. Les enfants de moins de 12 ans sont exemptés.

- le masque devient aussi obligatoire dans les écoles du niveau secondaire II et partout au travail, sauf où les distances peuvent être respectées ou dans les bureaux individuels.

- Fermeture des discothèques et des boîtes de nuit, interdiction d’être plus de quatre personnes par table dans les restaurants et les bars et interdiction des manifestations de plus de 50 personnes.

Novembre

2 novembre: Les cantons de Genève et du Jura ferment les bars et les restaurants. Genève ferme aussi les commerces non indispensables. Le canton du Jura interdit les réunions publiques et privées de plus de 5 personnes.

2 novembre: introduction des tests rapides. Ils doivent permettre d’isoler le plus rapidement possible les cas positifs.

2 novembre: le Conseil fédéral revoit à la hausse les valeurs seuil pour placer des pays et des zones sur la liste des quarantaines. Seuls les pays et les territoires où l’incidence dépasse de plus de 60 l’incidence en Suisse seront décrétés à risque.

4 novembre: les cantons de Neuchâtel, de Vaud et de Fribourg décident à leur tour de fermer les bars et les restaurants.

6 novembre: le Valais ferme ses établissements de restauration.

17 novembre: Les mesures prises pour freiner l’épidémie de Covid semblent faire effet. Mais le taux de reproduction du virus est à peine en dessous de 1.

24 novembre: Le nombre de nouveaux cas de coronavirus diminue de moitié toutes les deux semaines en Suisse. Le taux de reproduction se situe à 0,78, indique la Task Force scientifique de la Confédération

27 novembre: le vaccin contre le coronavirus est attendu pour le début de l’année 2021 en Suisse, annonce Alain Berset.

Décembre

2 décembre: le Conseil des États enterre le projet sur les loyers commerciaux. Les commerçants en difficulté à cause de la crise du coronavirus ne bénéficieront pas d’une réduction de loyer. Le projet de loi était débattu depuis cet été.

4 décembre: le Conseil fédéral décide que les domaines skiables ne pourront ouvrir qu’avec une autorisation cantonale à partir du 22 décembre. L’ouverture des stations de ski agite le monde politique depuis la fin novembre. Les pays voisins, Autriche exceptée, ont fait fermer leurs stations.

10 décembre: Vaud, Genève, Fribourg, Neuchâtel et le Jura rouvrent leurs restaurants. Le canton du Valais en fait de même le 13 décembre.

11 décembre: le Conseil fédéral impose la fermeture des restaurants et des bars entre 19h00 et 06h00. Magasins, marchés, musées, bibliothèques, centres de loisirs ou de sport devront se plier aux mêmes horaires. Les restaurants des cantons les moins touchés (la plupart des cantons romands) peuvent néanmoins ouvrir jusqu’à 23h00.

15 décembre: les experts de la Confédération tirent la sonnette d’alarme: les mesures décidées le 11 décembre ne suffisent pas. Ils suggèrent des mesures globales au niveau national à appliquer aussi vite que possible.

17 décembre: la loi Covid révisée est sous toit. Elle permet d’étendre l’aide aux entreprises ayant subi les conséquences de la deuxième vague. Les cas de rigueur pourront compter sur 2,5 milliards de francs.

18 décembre: le Conseil fédéral décide que les restaurants, mais aussi les centres sportifs, culturels ou de loisirs, devront fermer dès mardi 22 décembre. Les capacités des magasins seront-elles limitées. Des exceptions sont possibles dans les cantons romands où le taux de reproduction du virus est inférieur à 1.

19 décembre: Swissmedic autorise l’utilisation du vaccin développé par Pfizer/BioNTech. Il s’agit du premier vaccin contre le coronavirus autorisé en Suisse.

20 décembre: en raison de la détection de nouvelles souches plus contagieuses du virus au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) suspend les liaisons aériennes entre la Suisse et ces deux pays.

21 décembre: les personnes arrivées dès le 14 décembre en Suisse depuis la Grande-Bretagne ou l’Afrique du Sud doivent se mettre dix jours en quarantaine. Une interdiction générale d’entrée est décrétée pour les voyageurs de ces deux pays.

22 décembre: fin de l’exception romande, après le Jura et Genève, les cantons de Neuchâtel, de Fribourg, de Vaud et du Valais annoncent qu’ils vont refermer leurs restaurants. Une première livraison de 107’000 doses du vaccin Pfizer/BioNTec contre le Covid-19 arrive en Suisse.

23 décembre: une première personne en Suisse est vaccinée. Il s’agit d’une femme âgée de 90 ans dans le canton de Lucerne. Des seniors sont aussi vaccinés dans quatre autres cantons alémaniques.

24 décembre: la nouvelle variante du coronavirus provenant de Grande-Bretagne est détectée en Suisse dans deux échantillons. Il s’agit de résidents du Royaume-Uni, testés positifs en Suisse. Le rapatriement des touristes britanniques démarre.

ATS/NXP