Passer au contenu principal

Cadeaux de NoëlL’art s’emballe dans une vaste gamme de prix

Design, imprimé, arty, docte, brillant ou utile, tous les goûts sont permis sous le sapin.

Les cabanes de David Mansot à la galerie du Marché, tout un monde de poésie.
Les cabanes de David Mansot à la galerie du Marché, tout un monde de poésie.
DR

Une cabane à la maison

David Mansot suggère la vie dans tous ses détails.
David Mansot suggère la vie dans tous ses détails.
Galerie du Marché, Lausanne

Elles s’accrochent aux murs un peu comme des rêves qui hantent l’esprit, mais même si elles empruntent à l’onirisme des formes biscornues et des atmosphères bizarroïdes, les cabanes de David Mansot sont bien réelles. Et parfois même habitées! L’artiste lyonnais, invité de Noël à la Galerie du Marché à Lausanne, joue peut-être de la récup et des matériaux de bout de ficelle en bâtisseur d’extraordinaire mais c’est un peu de la vie qu’il raconte en matérialisant dans chacune de ses créations la phrase de Jules Renard: «Avoir dans une cabane, des rêves d’empereur». Les formats sont mini, le soin du détail avec une lessive qui sèche ou ces sofas un peu fatigués mais si confortables, renvoient aux maisons de poupées, tant on peut se raconter des histoires avec les cabanes de David Mansot. Ces petites maisons des bois, saloons, baraques et phares à la fois régressifs, fantastiques et uniques. Pour autant d’y mettre un certain prix…

Lausanne Galerie du Marché Jusqu’au 23 décembre, du me au sa (divers horaires) Prix: de 1900 à 3200frs (sculptures), de 250 à 600frs (dessins et aquarelles).www.galeriedumarche.ch

Encore des surprises

Les créatrices réunies à L’Imprimerie se sont repliées sur le web pour leur marché des créatrices.
Les créatrices réunies à L’Imprimerie se sont repliées sur le web pour leur marché des créatrices.
Stéphanie Tschopp

Colloc’ de créatrices – céramistes, bijoutières, photographes, graphistes, plasticiennes –, L’-Imprimerie met un peu de son âme et beaucoup de son inventivité dans de drôles de sachets sinusoïdaux comme des berlingots! «En 2020, on a mangé de la surprise» assument avec leur amour des mots les locataires de l’avenue de Morges-33 à Lausanne, avant de proposer de se laisser surprendre… encore. Mais cette fois pour la bonne cause de Noël! La surprise garnie de créations maison (bijoux, cartes postales, céramiques, poèmes, petits livres) est disponible en cinq tailles, de mini à énorme, et se vend entre 25francs et 100francs. En parallèle, L’-Imprimerie a ouvert son marché des créatrices en ligne avec d’autres surprises, cette fois-ci visibles au premier coup d’œil.

Lausanne, L’-Imprimerie, Marché des créatrices virtuel, Les objets commandés en ligne sont à retirer ensuite sur place et sur rendez-vous. www.l-imprimerie.ch

Lausanne au format XL

Plusieurs images tirées en format XL pour de la dernière exposition du Musée sont en vente, dont cette leçon de gymnastique.
Plusieurs images tirées en format XL pour de la dernière exposition du Musée sont en vente, dont cette leçon de gymnastique.
Musée historique de Lausanne

Si le Musée historique de Lausanne a enroulé les toiles de sa dernière exposition temporaire «Lausanne XL2» il est possible de prolonger le plaisir chez soi. De vibrer avec des joueurs de boules, de partager le repas des chasseurs, d’être dans l’intimité du Bureau international féministe de renseignements en faveur des victimes de guerre ou encore de trinquer avec un joyeux buveur. Ces images, issues des collections de l’institution, disent Lausanne entre la fin du XIXesiècle et nos jours, la Grève des femmes de 2019 faisant partie de la sélection. Tirées sur des toiles de grands formats (345 x 200 cm ou 255 x 200 cm), ces instantanés sont à vendre pour un cadeau original qui amène le musée à domicile.

Lausanne, Musée historique. Du ma au di (11h-18h). Prix des photos sur toile: entre 250frs et 350frs, suivant le format. www.lausanne.ch/mhl

Noël sur le tapis

L’une des quatre propositions de Chic Cham, ici Linear imaginé par Eliane Gervasoni.
L’une des quatre propositions de Chic Cham, ici Linear imaginé par Eliane Gervasoni.
Chic Cham

L’histoire est aussi longue qu’un beau sapin… cela fait sept ans que l’enseigne de design Chic Cham a noué des liens entre Lausanne et l’Inde. Et quand on dit «noué» ce n’est pas un vain mot: il est question de tapis imaginés par des créateurs lausannois et concrétisés par des artisans indiens. À la clé à chaque fois, une histoire d’amitié pour Annabelle Dentan, créatrice de la boutique: «C’est le point de départ en plus de l’envie de faire travailler des artistes lausannois.» Éliane Gervasoni compte parmi eux pour la collection 2020 avec «Linear» et «Hive», incarnation en laine tuftée main de ses jeux géométriques et autres illusions d’optique: «J’ai adoré faire ça même sans filet! Moi je travaille à la règle, mais les artisans non. Quand j’ai vu le résultat, j’étais très fière de ce projet dans l’espace, je me suis couchée dessus.» On reconnaît aussi très bien le duo de l’atelier graphique Balmer Hählen dans «Eclipse» et «Hemispheres», deux objets aux formes très minimalistes qui dialoguent harmonieusement. «On a beaucoup aimé cette collaboration axée sur la qualité, insiste Priscilla Balmer. Comme la grande liberté qui nous a été offerte.»

Lausanne, Chic Cham. Du ma au sa. Prix des tapis Chic Cham Rugs 1200francswww.chicham.com

La griffe Kiki Smith

Les foulards réalisés d’après les toiles de Kiki Smith.
Les foulards réalisés d’après les toiles de Kiki Smith.
MCBA

Dans les salles du Musée cantonal des beaux-arts, la plasticienne américaine est sculptrice, peintre, dessinatrice. À la boutique, on la retrouve dans son univers, dans ses étoiles qui constellent ses œuvres ou même ses bras d’artiste rebelle. Des étoiles qui brillent sur un pendentif en argent massif, seules ou avec une colombe de paix ou un petit lapin éclairant les rapports très fort que Kiki Smith entretient avec la nature. Sa griffe compte encore d’autres objets féminins – le corps de la femme étant son sujet de prédilection – comme ces foulards, reproduction d’œuvres abstraites ou à nouveau en lien avec la nature. Pour un cadeau plus créatif, le puzzle de 150 pièces, reconstitue l’une de ses tapisseries.

Lausanne, Musée cantonal des beaux-arts. Boutique du Musée, lu-di. Prix: de 9,95 à 350frs. www.mcba.ch

Sélection de livres

Jeunesse: C’est une histoire presque sans parole, assez logiquement puisqu’on y rencontre des tableaux! Mais même sans mot, le ton est badin. Certains pourraient dire irrévérencieux devant «Les joueurs de cartes» de Cézanne qui ont tombé veston et falzar pour cause de grosses chaleurs. Ou devant la «Grande Vague» d’Hokusai prête à avaler l’esquif de migrants. Mais on a plutôt envie de sourire, et parfois de grincer, au fil de cette visite où un père et son fils découvrent les stars de l’histoire de l’art. Toutes sortent de leur cadre pour renvoyer un message en écho à une société qui surconsomme et surproduit. On pourrait crier au détournement d’images «sacrées», sauf que c’est un vrai coup de maître. Aiguisant à la fois le regard et le sens critique. Deux qualités intrinsèques de l’art, non?
Julien Couty, «Quel tableau!» (dès 6 ans) Éd. Rouergue, 56 p. /24.60 fr.

«Alberto Giacometti, la vie dans le regard», un livre d’Étienne Barilier.
«Alberto Giacometti, la vie dans le regard», un livre d’Étienne Barilier.
DR

Poche: On sait que l’amour de l’art inspire Étienne Barilier! En 1986, le Vaudois faisait revivre Pic de La Mirandole et l’ébullition de la Renaissance dans le «Dixième Ciel» un roman aussi passionnant qu’érudit. Cette fois, c’est la figure d’Alberto Giacometti, «l’homme qui a choisi l’art» qui lui permet de sculpter un essai sur mesure. Et c’est à travers la vie de l’homme que l’auteur choisit de conter son art. Son duel psychique avec la mort datant d’un voyage avorté par le décès de son compagnon. Ou encore sa colère infinie contre Sartre qui l’a trahi en lui faisant dire dans «Les Mots» qu’il n’était «pas fait pour sculpter, ni même pour vivre». Un peu comme un dessin ou une peinture de Giacometti, le texte d’Étienne Barilier vibre de mille et un signes de vie qui permettent de faire le portrait d’un artiste qui a mis tant d’humanité dans son œuvre.
Étienne Barilier, «Alberto Giacometti, la vie dans le regard». Savoir Suisse, 167 p. /17.50 fr.

«Écrits d’art brut, graphomanes extravagants», nouvel ouvrage de  Lucienne Peiry.
«Écrits d’art brut, graphomanes extravagants», nouvel ouvrage de Lucienne Peiry.
DR

Essai: On sait Lucienne Peiry passionnée d’art brut, on sait aussi l’ancienne directrice de la Collection éponyme à Lausanne fascinée par les écrits d’art brut. Depuis quelques années, l’historienne de l’art lit à haute voix, sur scène, ces lettres, ces effusions parfois délirantes, ces fragments de vie. Une expérience forte qui sort de la clandestinité leurs auteurs souvent réduits au silence. Dans «Écrits d’art brut, graphomanes extravagants», dernier ouvrage de l’auteure, ces textes noircissant sont publiés pour eux-mêmes, indépendants de l’œuvre, ce qui leur confère une énergie et une légitimité encore autres. Lucienne Peiry tourne ces pages intimes d’une trentaine d’auteurs avec la science, parfois archéologique, de ceux qui ont déchiffré la pierre de Rosette, pour nous offrir une lecture saisissante.

Lucienne Peiry, «Écrits d’art brut», Éd. Seuil, 287 p./ 52.70 fr.