Passer au contenu principal

Les faces B mythiques 1/5Laurent Voulzy a flairé le gros tube

Chanson phare à l’allure faussement rêveuse, «Belle-Ile-en-Mer» a failli filer au cimetière des titres sacrifiés en 1985.

Laurent Voulzy sur la grande scène de Paléo. Parmi les tubes entonnés, l’incontournable «Belle-Ile-en-Mer».
Laurent Voulzy sur la grande scène de Paléo. Parmi les tubes entonnés, l’incontournable «Belle-Ile-en-Mer».
Odile Meylan

Avec son air indolent de slow de l’été, «Belle-Ile-en-Mer» trompe bien son monde. «Certains la prennent pour une chanson de vacances. Tant mieux, pourquoi pas. Mais ce n’en est pas une. C’est une chanson qui raconte ma vie», commente Laurent Voulzy sur le site de France Info en 2015. Curieux destin que celui de ce tube à l’allure faussement rêveuse, qui évoque en filigrane les affres du métissage et la trouble condition d’enfant naturel. Consacrée «chanson de la décennie» à la fin des années 80, cette scie que beaucoup de fans de Voulzy sont capables de fredonner intégralement en concert a manqué filer au cimetière des titres sacrifiés.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.