Passer au contenu principal

EditorialLausanne, capitale idyllique?

L’audace actuelle des autorités en matière d’espaces publics et de mobilité douce va-t-elle se prolonger?

En ce moment, en matière de mobilité et d’espace public, la Municipalité de Lausanne impressionne. Des kilomètres de pistes cyclables vont traverser une ville dont les terrasses seront agrandies, en partie grâce à des surfaces prélevées sur des places de parc. Une ville où les voitures devront s’adapter aux autres modes de déplacement et ralentir fortement.

Les récentes annonces de la socialiste Florence Germond font suite à la fermeture de la rue Centrale les jours de marché ou encore à celle des quais d’Ouchy, le week-end.

Toutes ces mesures suscitent logiquement une vague de réactions positives. Avant tout, des défenseurs de la mobilité douce et des partis de gauche (rappelons que la municipale a dirigé Pro Vélo).

En réalité, l’élue mène au pas de charge une politique d’apaisement de la ville qu’elle élabore depuis des années. Son 30 km/h de nuit, inédit en Suisse, ne date pas du Covid. La fenêtre d’opportunité ouverte par la crise sanitaire n’est qu’un accélérateur. Elle remplace, temporairement, le travail de recherche de consensus d’habitude nécessaire. Un vrai test grandeur nature qui vaut mille mots.

«Florence Germond mène au pas de charge une politique d’apaisement de la ville qu’elle élabore depuis des années. Son 30 km/h de nuit, inédit en Suisse, ne date pas du Covid.»

Il y a cependant des signes qui indiquent qu’une bascule allant au-delà de la gauche est en train de s’opérer. Le municipal PLR Pierre-Antoine Hildbrand, en charge de l’économie, œuvre aux côtés de sa collègue et porte avec aplomb une stratégie qui voit la place de la voiture se réduire. La semaine dernière, son parti demandait même à ce qu’on piétonnise la rue Centrale. Rejoignant ainsi une proposition socialiste, précédée par une autre, des Verts. Enfin, même l’Automobile club suisse ose soutenir ces politiques.

À un peu mois de neuf mois des élections communales, la séquence actuelle permet à l’équipe municipale de montrer ce dont elle est capable. Elle tient une dynamique sur laquelle elle pourrait montrer encore plus d’audace. Son plan climat l’attend. Il est au coin de la rue.