Passer au contenu principal

Le Polaroid n’avait pas encore tout ditL’autre œil de la photographe Monique Jacot

Le Musée Jenisch à Vevey expose le travail très personnel, dont certains inédits, de la grande dame de l’image et du photoreportage, Prix suisse du design 2020.

Sans titre (série portraits), 1996 (502 x 354 mm). Comme les autres pièces exposées, ce «transfert» appartient au Musée Jenisch qui collectionne l’œuvre de Monique Jacot depuis plusieurs années.
Sans titre (série portraits), 1996 (502 x 354 mm). Comme les autres pièces exposées, ce «transfert» appartient au Musée Jenisch qui collectionne l’œuvre de Monique Jacot depuis plusieurs années.
Julien Gremaud

Des plumes, des crins, des portraits, des vertébrés ou invertébrés, des fleurs… Il y a tout un monde dans l’œuvre de Monique Jacot, 86 ans, exposée au Musée Jenisch à Vevey. Un monde, véritable tourbillon de détails fractionnant l’existence en même temps qu’il concentre la vie. Par contre, il n’y a pas de titre, jamais! Et rien à voir avec un élan de coquetterie intellectuelle ou un abandon de responsabilités, c’est plus par refus de l’inutile. Pourquoi vouloir mettre un titre sur ces Polaroid transcendés, pourquoi vouloir absolument diriger ces incursions d’une réalité dans une autre dimension, plus poétique?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.