Passer au contenu principal

Attentat à VienneLe groupe djihadiste Etat islamique revendique l'attaque

Plusieurs tireurs ont ouvert le feu dans les rues de Vienne, lundi soir. Le bilan est pour l'instant de quatre morts et de plusieurs blessés graves. L'un des suspects est toujours en fuite.

  • Au moins quatre personnes (deux hommes et deux femmes) sont mortes, lundi 2 novembre au soir, après des fusillades dans le centre historique de Vienne, la capitale autrichienne.

  • Un policier est par ailleurs gravement blessé. Une quinzaine de personnes ont été transportées à l'hôpital.

  • Un des auteurs a été abattu, selon la police autrichienne. Ce serait «un sympathisant du groupe État Islamique», a précisé le ministre de l'intérieur autrichien, Karl Nehammer, mardi matin.

  • Un autre suspect est toujours recherché. La République tchèque a lancé des contrôles à sa frontière avec l'Autriche, Vienne se trouvant à moins de 100 kilomètres.

LIVE TICKER

Les deux Suisses arrêtés «connaissent» l’attaquant

Les deux jeunes hommes suisses arrêtés mardi près de Zurich «connaissent» l’attaquant de Vienne, a indiqué mardi soir le ministère fédéral de la Justice.

«Ils se connaissent et maintenant on mène l’enquête pour savoir comment ils étaient en contact», a précisé à l’AFP Philipp Schwander, porte-parole du ministère

La ministre de la Justice Karin Keller-Sutter a évoqué l’affaire au cours d’une table ronde organisée par le quotidien régional St. Galler Tagblatt.

Selon le quotidien, la ministre a indiqué que «les trois hommes se sont aussi rencontrés physiquement». Une citation que le porte-parole n’a pas pu confirmer.

KEYSTONE
Kurz appelle l’UE à lutter contre «l’islam politique»

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a appelé mardi l’Union européenne, au lendemain de l’attentat de Vienne, à lutter contre l'»islam politique», une «idéologie» qui représente un «danger» pour le «modèle de vie européen".

«L’UE doit beaucoup plus se concentrer à l’avenir sur le problème de l’islam politique», estime le chancelier dans une interview au quotidien allemand Die Welt.

«J’attends la fin de la tolérance mal comprise et la prise de conscience dans tous les pays européens du danger que représente l’idéologie de l’islam politique pour notre liberté et pour le modèle de vie européen», ajoute-t-il.

KEYSTONE
L’EI revendique l’attentat de Vienne

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué mardi les fusillades perpetrées la veille à Vienne ayant fait quatre morts, dans un communiqué publié sur ses chaînes Telegram.

Le communiqué de l’EI impute à un «soldat du califat» les fusillades meurtrières près d’une synagogue et de l’opéra. Dans un texte séparé, accompagné d’une photo de l’assaillant armé, l’agence de propagande Amaq évoque «une attaque aux armes à feu menée hier (lundi) par un combattant de l’Etat islamique dans la ville de Vienne».

AFP
Deux jeunes Autrichiens salués pour leur bravoure

Filmés en train de se précipiter au milieu de la fusillade pour secourir les premiers blessés, dont un policier, deux jeunes Autrichiens d’origine turque ont été salués mardi pour leur bravoure lors de l’attaque jihadiste commise à Vienne.

Dans une vidéo prise depuis un immeuble adjacent, on peut voir les deux jeunes courir aux abords d’une bouche de métro pour mettre à l’abri des passants paniqués, tandis que des tirs nourris résonnent dans la rue.

Attentat de Vienne: deux Suisses arrêtés près de Zurich

Deux jeunes hommes suisses de 18 et 24 ans ont été arrêtés mardi à Winterthour, près de Zurich, dans le nord de la Suisse, en lien avec l’attaque jihadiste à Vienne, a annoncé la police.

«Les enquêtes de police ont permis d’identifier des ressortissants suisses âgés de 18 et 24 ans. Les deux hommes ont été arrêtés à Winterthur mardi après-midi (03.11.2020) en coordination avec les autorités autrichiennes», a indiqué la police cantonale de Zurich dans un communiqué.

L’assaillant a réussi à «tromper» le programme de déradicalisation

L’auteur de l’attentat meurtrier qui a frappé la ville de Vienne lundi soir a réussi à «tromper» le programme de déradicalisation et ceux qui étaient chargés de son suivi, a déploré le ministre autrichien de l’Intérieur.

Le suspect avait été condamné en avril 2019 à 22 mois de prison pour avoir tenté de rejoindre la Syrie afin de s’enrôler au sein de l’Etat islamique (EI) mais il avait été libéré de manière anticipée, ce qu’a critiqué Karl Nehammer devant la presse. Le ministre a par ailleurs annoncé l’interpellation de 14 personnes et 18 perquisitions dans le pays en lien avec les attaques.

KEYSTONE
Macron dénonce une attaque des valeurs de l’Europe

Le président français Emmanuel Macron s’est rendu mardi à l’ambassade d’Autriche à Paris pour apporter «son soutien inconditionnel au peuple autrichien» et appeler à une réponse européenne contre «des ennemis qui s’attaquent à ce qu’est l’Europe», au lendemain de l'attaque djihadiste à Vienne.

AFP

«Nous ferons tout, en Européens, pour nous tenir ensemble, combattre ce fléau qu’est le terrorisme et, ensemble, avancer sans rien céder d’aucune de nos valeurs», a-t-il déclaré, après avoir signé le registre de condoléances.

«Vienne représente l’incarnation même de nos valeurs. Cette attaque dit aussi la volonté de nos ennemis de s’attaquer à ce qu’est l’Europe, cette terre de liberté, de culture, de valeurs, et donc nous ne céderons rien», a poursuivi le président français.

La Suisse «condamne fermement le terrorisme»

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a exprimé mardi sa solidarité avec l’Autriche et la France, frappées par le terrorisme. La Suisse «condamne fermement le terrorisme et tout acte de violence, quel qu’il soit», assure-t-elle.

Keystone

«Nos valeurs démocratiques de liberté et de tolérance, fondées sur le droit, doivent s’élever en rempart contre la barbarie», ajoute Mme Sommaruga dans un tweet posté par le porte-parole du Conseil fédéral, André Simonazzi. Elle adresse ses pensées aux victimes, à leurs familles et aux peuples autrichien et français.

Un «Patriot Act» européen

Le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio a proposé mardi un «Patriot Act» européen, à l’image de la loi antiterroriste américaine, au lendemain des attaques de Vienne.

«Il s’agit de prendre des mesures qui pourraient prévenir des tragédies comme celles de Nice», où trois personnes ont été tuées il y a cinq jours, «et de Vienne», où quatre autres personnes ont été tuées lundi soir, a estimé Luigi Di Maio dans un message sur Facebook.

«Il s’agit de commencer à penser à quelque chose de plus grand et qui concernerait toute l’UE: un Patriot Act sur le modèle américain par exemple, car aujourd’hui nous sommes tous des enfants du même peuple européen», a-t-il poursuivi.

Le Patriot Act américain, adopté en 2001 au lendemain des attentats meurtriers aux Etats-Unis, modifie un certain nombre de libertés fondamentales et permet une plus grande marge de manoeuvre aux agences de renseignement dans les enquêtes antiterroristes.

La Suisse pourrait être une cible du terrorisme, selon le SRC

Le Service de renseignement de la Confédération ne dispose d’aucun indice concret concernant d’éventuelles attaques en Suisse, a-t-il indiqué mardi à Keytone-ATS dans une prise de position écrite. Mais la Suisse appartient au monde occidental que les djihadistes considèrent comme opposé à l’islam. Elle représente donc une cible légitime.

Les intérêts juifs sont une cible potentielle. Des attaques visant des membres ou des symboles des communautés musulmanes en Suisse sont aussi possibles, selon le SRC. A l’heure actuelle, des attaques contre des cibles faciles nécessitant peu de moyens ou perpétrées par des auteurs isolés constituent la menace la plus probable en Suisse.

En Suisse, les personnes radicalisées les plus susceptibles de commettre de tels actes sont inspirées par la propagande djihadiste ou par des relations dans leur entourage, sans avoir de contact direct avec une organisation djihadiste. Il y a aussi ceux dont la radicalisation est liée à des crises personnelles ou des problèmes psychiques.

Macron se rendra à l’ambassade d’Autriche

Le président français Emmanuel Macron est attendu à l’ambassade d’Autriche mardi avant 13h00 (heure locale et suisse) pour apporter «son soutien au peuple autrichien», après l’attaque djihadiste de Vienne qui a fait quatre morts, a annoncé l’Elysée.

Le chef de l’État marque sa mobilisation contre le terrorisme, après cette attaque qui fait écho aux deux récents attentats djihadistes en France, la décapitation d’un enseignant, Samuel Paty, le 16 octobre et l’assassinat de trois personnes dans une église de Nice le 29 octobre.

Lundi soir, juste après la fusillade qui a semé la terreur dans la capitale autrichienne, Emmanuel Macron a tweeté : «Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien». Une fermeté qu’il a déjà exprimée après l’assassinat de Samuel Paty quand il avait martelé: «Ils ne passeront pas».

L'assaillant était un Autrichien originaire de Macédoine du Nord

L’auteur de l’attentat qui a terrorisé Vienne et fait au moins quatre morts est un «sympathisant» du groupe Etat islamique (EI), ont annoncé mardi les autorités. L’homme, originaire de Macédoine du Nord, avait tenté de rejoindre le mouvement djihadiste en Syrie.

L’auteur de l’attentat avait été condamné en avril 2019 pour avoir tenté de rejoindre la Syrie, a annoncé le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer. Sa peine était de 22 mois de prison, mais il avait été libéré sous conditions début décembre.

Agé de 20 ans, l’homme était originaire de Macédoine du Nord et aussi détenteur de la nationalité autrichienne, a précisé le ministre à l’agence de presse APA. Présenté par le ministre comme un «sympathisant» de l’EI, il a été tué par la police après avoir fait feu sur des passants. Les enquêteurs sont à la recherche de possibles autres suspects qui auraient participé à l’attentat.

«Vaincre le terrorisme islamiste qui resurgit»

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a condamné mardi l’attentat à Vienne qui a fait quatre morts lundi soir. «Israël condamne l’attaque violente à Vienne et exprime sa totale solidarité avec l’Autriche», a-t-il affirmé sur Twitter.

«Tous les peuples civilisés doivent s’unir pour vaincre le terrorisme islamiste qui resurgit», a-t-il ajouté.

La Turquie condamne «l’attaque terroriste» de Vienne

La Turquie a condamné mardi l’attentat meurtrier survenu à Vienne. «Nous sommes attristés par les informations faisant état de morts et de blessés dans une attaque terroriste qui a eu lieu à Vienne. Nous condamnons vigoureusement cette attaque terroriste», a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

«En tant que pays qui fait face à différentes formes de terrorisme depuis des décennies, la Turquie exprime sa solidarité avec le peuple autrichien», a-t-il ajouté.

Chasse à l'homme

Une chasse à l’homme a été lancée dans la nuit de lundi à mardi à Vienne après l’attentat qui a fait au moins quatre morts et semé la terreur dans la capitale autrichienne. Hélicoptères et cordons de police, la ville a été bouclée pour retrouver d’éventuels autres suspects. «Au moins un suspect se trouve en fuite», avait auparavant déclaré le ministre autrichien de l’Intérieur, Karl Nehammer.

Les tirs ont éclaté en début de soirée en plein coeur de la capitale autrichienne, près d’une importante synagogue et de l’Opéra. Des témoins interrogés à la télévision ont raconté avoir vu un homme tirer «comme un fou» avec une arme automatique, un autre faisant état d'«au moins 50 coups de feu». La stupeur s’est aussitôt installée dans les restaurants et les bars du quartier, où les clients ont été priés de rester à l’intérieur, lumières éteintes, pendant que les sirènes des ambulances hurlaient à l’extérieur.

AFP

Selon le ministère de l’Intérieur, deux hommes et deux femmes ont été tuées dans l’attaque. Une quinzaine de personnes ont été hospitalisées, dont sept dans un état grave.

Une quatrième victime meurt des suites de ses blessures

Une quatrième personne est décédée mardi des suites de ses blessures au lendemain de l’attentat qui a endeuillé la ville de Vienne, a-t-on appris auprès du ministère de l’Intérieur.

«Malheureusement une nouvelle victime est morte à l’hôpital. Cela porte le bilan total à deux hommes et deux femmes», a déclaré à l’AFP un porte-parole du ministère

Poutine dénonce un «crime cruel et cynique»

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé mardi l’attentat meurtrier qui s’est produit la veille à Vienne comme un «crime cruel et cynique», dans un télégramme de condoléances adressé au président et au chancelier autrichiens.

Keystone

«Le chef de l’Etat russe a fermement condamné ce crime cruel et cynique, confirmant une fois de plus la nature inhumaine du terrorisme, et s’est dit persuadé que les forces de la terreur ne réussiront à intimider personne, ni à semer la discorde entre les personnes de différentes confessions», a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

«Vladimir Poutine a réaffirmé la volonté de la Russie de renforcer sa coopération avec l’Autriche et d’autres membres de la communauté internationale dans la lutte contre toutes les formes et manifestations du terrorisme», selon la même source.

Les présidents des Chambres fédérales «profondément choqués»

Les présidents des Chambres fédérales se déclarent «profondément choqués par l’attentat aux motivations idéologiques à Vienne». Dans un Tweet, Isabelle Moret et Hans Stöckli expriment leur solidarité et leur compassion pour le pays voisin et affirment être en pensées avec les victimes et leurs proches.

«Le terrorisme islamiste est notre ennemi commun»

La chancelière allemande Angela Merkel a condamné mardi l’attentat meurtrier survenu à Vienne, affirmant que «le terrorisme islamiste est notre ennemi commun» et que lutter contre lui est «notre combat commun».

«Le combat contre ces assassins et leurs instigateurs est notre combat commun», a déclaré Angela Merkel, selon un tweet de son porte-parole, exprimant également à l’Autriche sa «solidarité» après les attaques survenues lundi soir dans le centre de Vienne au cours desquelles trois personnes ont été tuées.

«Je suis en ces heures terribles, dans lesquelles Vienne est la cible de la violence terroriste, en pensées aux côtés de la population sur place et des forces de sécurité qui affrontent ce danger», a ajouté la chancelière dans son message.

«Attaque répugnante»

Un témoin, interrogé sur une chaîne de télévision, a dit avoir vu «courir une personne avec une arme automatique». Un autre témoin a fait état «d’au moins 50 coups de feu». Selon le témoignage d’une jeune femme recueilli par l’AFP, le quartier a été aussitôt bouclé. Les clients des restaurants et bars du quartier se trouvaient toujours confinés à l’intérieur en milieu de nuit.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a dénoncé «une attaque terroriste répugnante». «Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens», a-t-il affirmé.