Passer au contenu principal

Exotisme vaudois (3/41)Le Brocéliande vaudois révèle ses secrets druidiques

Les forêts et les bosquets de la région de La Praz-Juriens recèlent d’étranges pierres, objets de rituels séculaires. Joëlle Chautems nous plonge dans l’énergie de la nature. Les elfes, les fées et les lutins ne sont pas loin.

La géobiologue Joëlle Chautems a créé un parcours de 12 km dans la région de La Praz-Juriens, pour y découvrir des lieux enchantés et des pierres vibratoires qu’elle ravive au son de son tambour
La géobiologue Joëlle Chautems a créé un parcours de 12 km dans la région de La Praz-Juriens, pour y découvrir des lieux enchantés et des pierres vibratoires qu’elle ravive au son de son tambour
Chantal Dervey
Dans la région de la Praz-Juriens, le Bois de Chêne au sud de la Praz, est une forêt sacrée.
Dans la région de la Praz-Juriens, le Bois de Chêne au sud de la Praz, est une forêt sacrée.
Chantal Dervey
Joëlle Chautems découvre par hasard une série de pierres redressées avec lesquelles, elle entre en contact.
Joëlle Chautems découvre par hasard une série de pierres redressées avec lesquelles, elle entre en contact.
Chantal Dervey
1 / 7

Au détour d’un chemin, entre des points de vue époustouflants sur la région lémanique et les Alpes, des forêts invitent à un voyage mystérieux. Nous nous trouvons dans la région de La Praz-Juriens, non loin du beau village médiéval de Romainmôtier, autour de blocs de granit amenés là par le glacier du Rhône. Ils aidaient les chasseurs-cueilleurs d’il y a plusieurs milliers d’années et les Celtes d’avant l’invasion romaine à entrer en contact avec le sacré qui bruissait dans la nature.

Rites celtiques

Il faut se faufiler entre des branches qui nous retiennent et semblent dire, oh, on se calme, prenez votre temps. Au bout d’un sentier surgit un cromlech, où les chamanes et les druides des temps anciens déployaient leurs rites. Cromlech est un mot gallois qui désigne littéralement une pierre courbe. Ces sons celtiques nous mènent en songe à la légendaire forêt de Brocéliande, que les amoureux de la Bretagne ont forcément arpentée un jour. Selon les sensibilités, elle est peuplée de druides. Le roi Arthur et ses chevaliers, les fées Morgane et Viviane ainsi que l’enchanteur Merlin hantent les lieux. Des promeneurs y croisent des elfes et des lutins.

Tout un monde qu’il est possible de retrouver à quelques kilomètres de l’autoroute qui relie Lausanne et Yverdon-les-Bains. Joëlle Chautems nous y emmène. Passionnée de réseaux telluriques et de pratiques énergétiques, elle a écrit plusieurs guides consacrés aux lieux vibratoires et aux endroits enchantés de Suisse romande.

Joëlle Chautems, sa sensibilité aiguisée, sa passion pour les rites druidiques et celtiques, c’est un univers en soi. Il est familier à certains. Son approche n’a rien d’académique: «Petite, je voyais des choses que les autres ne voyaient pas. C’était perturbant. À l’adolescence, je me suis coupée de ces perceptions. Devenue adulte, j’ai appris à en faire un outil», raconte-t-elle, aujourd’hui âgée de 39 ans.

Ces propos peuvent agacer. Ou remettre certaines étiquettes au goût du jour: «On m’appelle la sorcière du village», sourit l’habitante de Bôle (NE). Et donc, de Romainmôtier, nous partons dans les bois de Juriens-La Praz sur les pas de notre sorcière.

Parcours de 12 kilomètres

La pierre aux Ecuelles, recouverte de cupules (creux d'origine humaine), accessible par un sentier.
La pierre aux Ecuelles, recouverte de cupules (creux d'origine humaine), accessible par un sentier.
Chantal Dervey

Pour les lecteurs de «24 heures», elle a créé un parcours d’une douzaine de kilomètres, sur des routes agricoles et des sentiers: mieux vaut mettre de bonnes chaussures et des pantalons longs car la végétation s’accroche parfois. Deux kilomètres après le hameau d’Envy, première étape dans le petit bois du Bochet. Il faut en longer la lisière à l’Est sur une cinquantaine de mètres, à mi-parcours en direction d’un pylône électrique, avant de s’y introduire. Et découvrir une pierre de six mètres de long sur trois mètres de hauteur, dotée d’une petite cupule, ronde et lisse.

Ces petits creux d’origine humaine se retrouvent souvent sur les pierres sacrées des temps anciens. Ils servaient à des offrandes pour des oracles. Certains y déposent actuellement du chocolat mais, relève Joëlle Chautems, mieux vaut y laisser des noisettes, des fruits secs ou des grains de maïs pour les animaux. L’origine des cupules donne lieu à d’autres interprétations: orientation géographique, décompte des membres du clan ou représentation du ciel étoilé. Pour notre guide, cette pierre aide à s’ancrer: «C’est un lieu de mise à terre où déposer ses soucis avant de se rendre sur des sites qui ont plus d’énergie. Son rôle était sans doute d’aider à trouver sa place dans le groupe.»

Trois kilomètres plus loin apparaît un petit bosquet nommé Le Marichet. Il faut y entrer sur son flanc sud-ouest, à la hauteur de cailloux entassés surmontés d’un totem pierreux. Quelques pas dans la végétation touffue mènent à un bloc cassé en deux. Sans doute une pierre de mariage, affirme Joëlle Chautems. Elle ressent l’eau comme élément dominant, un ruisseau passait peut-être par là autrefois: «J’y sens une énergie du partage, qui resserre les liens familiaux, qui guérit les peines de cœur.»

«Forêt sacrée»

La balade mène ensuite au Bois de Chêne, au sud de La Praz. C’est la «forêt sacrée», «notre petit Brocéliande à nous», sourit Joëlle Chautems. Là trône le Cromlech, poétique ensemble de blocs en partie recouverts de mousse et monument archéologique protégé. «C’est un lieu d’énergie haute, le rythme cardiaque augmente», relève notre guide. L’élément dominant est le feu: «C’est un endroit pour se recharger.» Avant de repartir vers la Pierre Pouilleuse qui doit son nom à son aspect grumeleux. Imposante, elle plaira aux enfants.

La dernière étape druidique, avant de retourner à Romainmôtier par La Praz et Juriens, c’est la Pierre aux Écuelles, au sud-ouest de La Praz. «J’ai des images d’eau: la pierre aux larmes, un lieu de purification émotionnelle pour se confier. Ou alors du liquide amniotique. C’est l’accouchement de soi, se libérer d’un fardeau émotionnel.» La traversée des villages nous ramène vers le quotidien, au passage d’une fromagerie ou d’une ferme bio. Certains repartiront transformés par un voyage initiatique. D’autres simplement apaisés par la forêt, la campagne et la poésie des lieux.

«Petite, je voyais des choses que les autres ne voyaient pas. C’était perturbant. À l’adolescence, je me suis coupée de ces perceptions. Devenue adulte, j’ai appris à en faire un outil»

Joëlle Chautems, géobiologue, herboriste, druidesse