Passer au contenu principal

RechercheLe bruit des avions aggrave le risque d’arrêt cardiaque

Une étude sur les décès survenus à proximité de l’aéroport de Zurich entre 2000 et 2015 montre que les nuisances sonores nocturnes jouent un rôle dans la mortalité cardiovasculaire.

Cette étude a révélé que le bruit aigu des avions la nuit pouvait entraîner «la mort en l’espace de deux heures sous la forme d’un arrêt cardiaque».
Cette étude a révélé que le bruit aigu des avions la nuit pouvait entraîner «la mort en l’espace de deux heures sous la forme d’un arrêt cardiaque».
KEYSTONE

Le bruit nocturne des avions peut mener à la mort par arrêt cardiaque, même lorsque la période d’exposition est relativement courte. Une étude de l’institut Swiss TPH le révèle. Ce dernier a pris sous la loupe les cas de décès survenus à proximité de l’aéroport de Zurich entre 2000 et 2015.

Les chercheurs de l’Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH) ont comparé les données de mortalité et celles des nuisances sonores nocturnes aiguës durant la même période dans la région. Le résultat est implacable: le bruit des avions a des effets semblables au stress émotionnel sur la mortalité cardiovasculaire.

Le fait que les nuisances sonores chroniques entraînent un risque élevé de maladie cardiaque ischémique était connu. En revanche, la nouvelle étude a révélé que le bruit aigu des avions la nuit pouvait entraîner «la mort en l’espace de deux heures sous la forme d’un arrêt cardiaque», écrit vendredi l’institut Swiss TPH, sis à Bâle.

Sur 25’000 décès par arrêt cardiaque survenus à proximité de l’aéroport, 800 sont directement liés au bruit des avions, selon les résultats de l’étude. Cela correspond à 3% des cas. L'étude a été publiée vendredi dans la revue spécialisée «European Heart Journal».

ats/nxp