Passer au contenu principal

Histoire d’ici – 1908Le canton de Vaud devient un coupe-gorge

Une terrible série de crimes ensanglante la paisible campagne vaudoise. Comme la population, la «Feuille d’Avis de Lausanne» s’inquiète.

Une collection d’armes blanches photographiées par le Lausannois Rodolphe Archibald Reiss, fondateur en 1909 de l’Institut de police scientifique de l’Université de Lausanne, pour son «Manuel de police scientifique» publié en 1911: coup-de-poing avec stylet, couteau corse, alêne, couteau à cran d’arrêt français, poignard, couteau à cran d’arrêt allemand, rasoir, couteau de poche, couteau dit «jambe de femme».
Une collection d’armes blanches photographiées par le Lausannois Rodolphe Archibald Reiss, fondateur en 1909 de l’Institut de police scientifique de l’Université de Lausanne, pour son «Manuel de police scientifique» publié en 1911: coup-de-poing avec stylet, couteau corse, alêne, couteau à cran d’arrêt français, poignard, couteau à cran d’arrêt allemand, rasoir, couteau de poche, couteau dit «jambe de femme».
Rodolphe Archibald Reiss/VQH

«Où allons-nous? C’est là la phrase qui, depuis quelques années, retentit lugubrement dans l’enceinte de nos tribunaux. Où allons-nous?» interroge la «Feuille d’Avis de Lausanne» le 3 janvier 1908. Le quotidien lausannois poursuit: «À cette question pleine d’angoissantes inconnues, nul ne saurait répondre. Mais le fait est que nous allons mal, très mal. Il semble vraiment qu’un vent de folie criminelle souffle sur notre cher et beau pays. Les attentats contre la vie humaine se succèdent avec une rapidité déconcertante. Toute la fin de l’année dernière a été ensanglantée par des crimes plus odieux les uns que les autres. Et la nouvelle année était à peine commencée qu’un nouvel attentat venait jeter la consternation et l’épouvante dans un des plus jolis et des plus paisibles villages du canton.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.