Passer au contenu principal

Essai PorscheLe Cayenne GTS s’offre un V8 biturbo de 460 ch

Ce moteur remplace le V6 3,6 litres et 420 ch de la génération précédente pour des performances sérieusement boostées.

Le Porsche Cayenne dans sa déclinaison GTS. 
Porsche Cayenne GTS
Le Porsche Cayenne dans sa déclinaison GTS. 
PORSCHE

Les fans de Porsche ont certainement été ravis lorsqu’ils ont vu réapparaître un moteur V8 sous le capot du Cayenne. Un SUV qui se décline en deux versions, la classique – objet de cet essai – et le coupé à la ligne beaucoup plus fuyante.

Le V6 de 3,6 litres est donc remplacé par ce groupe biturbo de 4 litres qui porte la puissance de 420 à 460 ch. Un bloc qui équipe d’autres véhicules de prestige du groupe Volkswagen, chez Audi ou Bentley.

Mais sur la nouvelle Bentayga, par exemple, il développe 542 ch et un couple maxi de 770 Nm contre 620 Nm sur la Cayenne GTS.

Mais ne chipotons pas, ce dernier ne souffre pas vraiment de performances asthmatiques. Il atteint les 100 km/h en 4,8 secondes.

Grâce à l’aide du «Pack Sport Chrono», on descend même à 4,5 secondes avec une vitesse de pointe de 270 km/h. Suffisant? Sans aucun doute…

Les initiales GTS annoncent des améliorations par rapport à la version S, toujours dotée du six-cylindres.

Il bénéficie en série d’un design sportif plus évocateur, de la suspension PASM avec un châssis abaissé de 20 mm et de jantes RS Spyder de 21 pouces.

Mais les amateurs de technologies avancées sont comblés par une interminable liste d’options comprenant entre autres la plupart des systèmes de sécurité active, comme l’assistant de vision nocturne, l’avertisseur de changement de ligne, l’assistance de parking avec caméra de recul ou le régulateur de vitesse adaptatif.

Cela dit, l’impression de sécurité et de confort domine à bord. L’espace dédié aux occupants est très généreux, le volume du coffre aussi, les sièges bien dessinés maintiennent efficacement même lorsqu’on emprunte des chemins de traverse en terre battue. La suspension pneumatique à hauteur variable (2600 fr.) n’est pas étrangère à cette excellente impression.