Passer au contenu principal

Centre culturel à la rueLe centre artistique 181 Degrés doit plier bagage

La Commune de Payerne va déménager son centre socioculturel des locaux actuels de la Fermenta. Le centre 181 Degrés en fait les frais.

Le centre culturel 181 Degrés occupait des locaux loués par la Commune pour son centre socioculturel au sein de l’usine Fermenta à Payerne.
Le centre culturel 181 Degrés occupait des locaux loués par la Commune pour son centre socioculturel au sein de l’usine Fermenta à Payerne.
FLORIAN CELLA

Après deux ans, 181 Degrés déménage vers… nulle part. Telle est la teneur d’un communiqué de presse amer envoyé lundi par le centre culturel payernois. En 2018, la renaissance d’un lieu de culture cinq ans après la fermeture du Silver Club était vue comme une opportunité dans le chef-lieu broyard. Animé par un jeune comité, 181 Degrés bénéficiait de locaux loués par la Commune pour son centre socioculturel sur le site de l’usine de transformation de tabac Fermenta. Hélas, «Payerne, après avoir financé ce lieu multifonction, a résilié son bail et déménagera à la route de Grandcour sans avoir pu trouver une location capable de répondre également à nos besoins», annonce l’association.

Après une saison 2020 marquée par la pandémie et ses annulations en cascade, «le seul événement que 181 Degrés peut prévoir, c’est son déménagement. Événement à l’interne, où le rire et la fête ne seront pas de mise et où le seul objectif sera d’empiler les cartons de manière intelligente et organisée pour les ressortir le plus vite possible», ajoute le comité, qui lance un appel aux locaux disponibles à Payerne.

Subvention en 2021

Pour héberger les 10 résidents actuels et leur matériel (acrylique, aquarelle, linogravure, stylos, crayons, instruments de musique, harmonium, table lumineuse, canapé ou imprimante), le club recherche une surface minimale de 100 mètres carrés. La bonne nouvelle pour cette nouvelle aventure est que 181 Degrés pourrait bénéficier d’une subvention annuelle de 12’000 francs dès 2021. «La mauvaise, c’est qu’il est impossible de trouver des locaux industriels à 1000 francs par mois», peste Logan Duc, président.

«On a trop travaillé sur ce dossier pour baisser les bras, mais c’est vrai que la situation est compliquée.»

Logan Duc, président de l’association 181 Degrés

«Pourtant, ce ne sont pas les locaux vides qui manquent à Payerne, mais peut-être que la culture n’est pas encore suffisamment une priorité aux yeux des décideurs locaux», constatent les neuf membres du comité. Il faudrait donc trouver des rentrées supplémentaires, par exemple par l’organisation d’événements, mais les organisateurs rappellent qu’ils sont bénévoles. «On a trop travaillé sur ce dossier pour baisser les bras, mais c’est vrai que la situation est compliquée», reprend toutefois Logan Duc.

Commune navrée

Du côté de la Commune de Payerne, on regrette la situation. En 2017, le service socioculturel, avec ses secteurs d’intégration, de cours de français ou de la jeunesse s’était installé dans ces locaux voués à la démolition pour faire place à un EMS. 181 Degrés avait rejoint les lieux en 2018. Mais le projet d’EMS est ensuite tombé à l’eau, si bien que l’usine a décidé de récupérer ces volumes. Et les nouveaux locaux du centre socioculturel ne permettront pas d’héberger aussi le centre culturel.

«Mais on ne va pas laisser tomber cette jeune équipe et on va chercher des solutions avec eux, comme le montre la subvention que nous avons ajoutée au budget», commente le municipal Edouard Noverraz, en charge de la culture. Le message municipal est clair: Payerne souhaite éviter que l’année 2021 soit aussi triste que celle qui s’achève.