Passer au contenu principal

Changement de programme à EstavayerLe Centre sportif attendu devient réseau régional

Le chef-lieu de la Broye fribourgeoise imaginait une infrastructure unique sur les hauts de la cité. LAT oblige, le projet a été «éclaté» sur tout le territoire communal.


Estavayer-le-Lac

Estavayer-le-Lac
KEYSTONE

La loi sur l’aménagement du territoire (LAT) a eu raison du centre sportif centralisé qu’Estavayer imaginait à l’entrée sud de la cité, du côté de la Maladaire. Mais que les aficionados d’éducation physique se rassurent, les autorités n’en ont pas pour autant déclaré forfait. L’Exécutif a présenté mercredi sa contre-attaque: un réseau régional d’infrastructures à développer ces prochaines années. Il s’étendra sur treize sites (dix-huit en tenant compte des équipements en place dans les villages qui font partie de la commune, comme le golf de Vuissens par exemple), dont six sont à créer intégralement.

Courant 2018, le Canton de Fribourg avait mis un stop aux velléités locales, obligeant la Commune à plancher à nouveau sur la question en collaboration avec ses clubs et sociétés. Le résultat est jugé «pragmatique» par la conseillère communale en charge du Sport, Marlis Schwarzentrub: «Notre projet de réseau régional limite l’impact au niveau des surfaces d’assolement», explique-t-elle. En clair, le premier projet aurait nécessité le dézonage de 20 ha de surfaces agricoles de qualité. À l’exception des trois terrains de foot toujours imaginés du côté de la Maladaire, l’ensemble du nouveau programme se tient sur des zones déjà légalisées. «Le Canton a été mis au courant de notre projet réadapté», précise à ce propos Éric Rey, en charge de l’aménagement du territoire.

Quoi qu’il en soit, ce sont bien ces trois terrains – en principe synthétiques – qui devraient lancer la démarche globale à travers la réalisation d’un parc sportif et de loisirs. «Le 23 juin, le Conseil général se prononcera sur un montant de 300’000 à 400’000 francs destinés à étudier la meilleure manière de les disposer – ainsi que les équipements qui vont avec – sur cette zone de 185’000 m² pour laquelle nous avons conclu un pacte d’emption à 6 millions en 2017», reprend Éric Rey. La parcelle aurait pu accueillir 18 terrains de foot, il est donc évident qu’elle ne passera pas intégralement en mains communales.

Une inauguration en 2022

«Nous avons pour ambition d’inaugurer cette première étape en 2022», souligne le syndic Éric Chassot. Le château d’eau qui se trouve au même endroit pourrait, plus tard, servir de support à un mur de grimpe intérieur et extérieur. Quoi qu’il en soit, l’espace libéré par les footeux en Thiolleyres sera ainsi mis à disposition d’un parc dédié aux différentes activités liées au vélo.

De nombreuses autres activités doivent être développées au moyen de ce réseau multisite articulé autour de trois axes: valorisation des infrastructures existantes, construction de nouvelles infrastructures et développement des rives du lac. «Nous entendons par exemple créer un vrai spot de kitesurf à Nova Friburgo et construire une piscine couverte de 25 mètres dans la zone de Fontany», poursuit Julien Roy, chef du Service des sports d’Estavayer.

Directeur de la Communauté régionale de Broye, Pierre-André Arm se réjouit de l’évolution d’un projet qui assoit Estavayer dans son fauteuil de chef-lieu de district. Si l’essentiel du projet se développera dans le bourg, où un hébergement de groupe pourrait être construit là où se trouve aujourd’hui l’EMS des Mouettes, les villages alentour n’ont pas été oubliés dans cette nouvelle équation. Il est en effet question d’installer un centre romand de lutte à Bussy.