Passer au contenu principal

Sécurité sanitaire«Le chant choral est devenu dangereux»

Une désagréable expérience à Neuchâtel démontre que les choristes doivent redoubler de prudence pour échapper au coronavirus.

Le chant choral, un puissant vecteur de propagation du Covid-19.
Le chant choral, un puissant vecteur de propagation du Covid-19.
ZSZ

«Le chant choral est devenu dangereux. Nous avons observé jeudi dernier un taux d’attaque extrêmement élevé, à raison de 80%, lors d’une répétition. La probabilité de contracter le coronavirus s’avère donc forte dans la pratique de cet art», prévient le médecin cantonal neuchâtelois, Claude-François Robert. Son message prend une dimension toute particulière, en rappelant que 150’000 à 200’000 personnes pratiquent régulièrement le chant choral en Suisse, selon l’estimation prudente du président de l’Union suisse des chorales, Claude-André Mani.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.