Passer au contenu principal

CinémaLe chant de la sirène

Mathias Malzieu apprivoise «Une sirène à Paris», conte sur des amours surréalistes qui intoxiquent. Interview d’un homme-orchestre.

Artiste total, Mathias Malzieu, romancier, cinéaste, musicien au sein de Dionysos: «Je ne crois pas au cloisonnement de la poésie du réel.»
Artiste total, Mathias Malzieu, romancier, cinéaste, musicien au sein de Dionysos: «Je ne crois pas au cloisonnement de la poésie du réel.»
AFP /JOËL SAGET
Gaspard et Lula, les héros de «Une sirène à Paris», conte de fée moderne qui ne doit rien à «La petite sirène» de Disney ou au «Splash» hollywoodien.
Gaspard et Lula, les héros de «Une sirène à Paris», conte de fée moderne qui ne doit rien à «La petite sirène» de Disney ou au «Splash» hollywoodien.
DR
Les hommages foisonnent dans «Une sirène à Paris», de Georges Méliès à Tim Burton, «Mon mentor télépathique et absolu, c’est Boris Vian pour sa capacité à générer de l’énergie dans toutes les disciplines.»
Les hommages foisonnent dans «Une sirène à Paris», de Georges Méliès à Tim Burton, «Mon mentor télépathique et absolu, c’est Boris Vian pour sa capacité à générer de l’énergie dans toutes les disciplines.»
DR
1 / 5

Hyperactif, Mathias Malzieu accumule les casquettes, auteur-compositeur au sein de Dionysos, romancier, cinéaste, bientôt poète… Son dernier film, «Une sirène à Paris», précédé d’un livre et d’un album, convie les «surprisiers» sur les quais de Paris. Là, Gaspard tombe sur Lula, authentique sirène dont les mélopées charment les hommes jusqu’au naufrage. Mais le musicien arbore un cœur en hiver qui refuse désormais de battre. De quoi s’entendre avec la belle aux écailles toxiques, et pas seulement sur le goût du poisson pané. Le réalisateur trouve le ton juste entre magie baroque et poésie surréaliste.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.